La société israélienne NSO aurait utilisé une faille de WhatsApp pour espionner des centaines de téléphones

Une faille de sécurité  sur l’application WhatsApp a permis d’installer il y a quelques jours des logiciels espions sur des centaines de téléphones portables. L’utilisateur recevait un appel inconnu et s’il ne décrochait  pas le logiciel espion s’installait à son insu. La faille a été corrigée hier, a annoncé la société WhatsApp, filiale de Facebook…

.

Un porte-parole de la société a déclaré que les logiciels espions pénétraient dans les téléphones via des appels manqués. Les attaques découvertes début mai ont ciblé un nombre inconnu d’utilisateurs, probablement au moins quelques centaines. Selon le Financial Times, via la faille WhatsApp, c’est NSO Group, une entreprise israélienne basée à Hertzilia qui serait à l’origine de l’espionnage. Cette dernière aurait installé son logiciel espions Pegasus.  NSO Group vend depuis 2011 son logiciel à de nombreux pays dans le monde. En 2011, au moment où la technologie Pegasus a été mise au point par la compagnie israélienne, celle-ci  l’a vendu au gouvernement mexicain pour aider à éradiquer le crime organisé, les cartels de la drogue et la traite des êtres humains. Le président du Mexique aurait même appelé personnellement la direction de NSO la veille de Noël 2011 pour les remercier.

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Le logiciel Pegasus, lorsqu’il trouve une faille, peut prendre le contrôle total d’un téléphone portable. Il permet d’écouter les appels, de lire toutes les communications écrites, d’utiliser le micro du téléphone pour écouter les conversations à proximité, il permet aussi de prendre des photos (mais pas de vidéo) avec l’appareil photo du téléphone. Pegasus est également en mesure d’obtenir l’accès à toutes les informations nécessaires pour se connecter à des comptes bancaires, des email etc…. sans avoir à pirater de comptes et tout cela sans que l’intrusion soit détectable par l’utilisateur qui ne se rend pas compte que sa vie privée est violée.

Selon l’ONG Amnesty International, NSO vendrait aussi ses logiciels « à des gouvernements connus pour leurs violations répétées des droits de l’homme » et leur fournirait les outils pour espionner leurs opposants.

L’ONG a annoncé qu’elle allait déposer plainte contre le ministère de la défense israélien, autorité de tutelle de NSO Group, « qui a ignoré les monceaux de preuves liant NSO Group à des attaques contre des défenseurs des droits de l’homme. […]

Sans citer le nom de NSO Group, WhatsApp a confirmé que la faille avait été exploitée par « une entreprise privée dont il est connu qu’elle travaille avec ces gouvernements pour installer des logiciels espions sur des téléphones mobiles ».

1,5 milliard d’utilisateurs de WhatsApp dans le monde sont donc invités à mettre à jour l’application si celle-ci ne s’est pas faite automatiquement.

Tel-Avivre –

 

Print Friendly

2 Responses to La société israélienne NSO aurait utilisé une faille de WhatsApp pour espionner des centaines de téléphones

  1. Pingback: La société israélienne NSO aurait utilisé une faille de WhatsApp pour espionner des centaines de téléphones – Alertesactus.fr

  2. Pingback: La société israélienne NSO aurait utilisé une faille de WhatsApp pour espionner des centaines de téléphones | Coolamnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *