C’est une survivante de l’Holocauste qui a actionné la sirène à 10h00 du matin de ce Yom Hashoah 2019

Aya, sergent de Tsahal est en charge, au sein du commandement du front intérieur, d’actionner l’alarme sonore qui retentit dans tout le pays pour commémorer cette journée du souvenir. Cette année, la jeune soldate a souhaité inviter sa grand-mère, Ida Braunstein, rescapée des camps de la mort à partager ce moment spécial et c’est Ida  qui a appuyé sur le bouton à 10hoo du matin..

Ida Braunesh et de sa petite-fille, le sergent Aya Braunstein, porte-parole de Tsahal

La Journée du souvenir de la Shoah (en hébreu Yom HaShoah) est une journée de commémoration nationale, dédiée à la mémoire des six millions de Juifs assassinés au cours de la deuxieme guerre mondiale. Elle débute au coucher du soleil, comme le veut la tradition juive,  le 27 du mois hébraïque de Nissan (hier soir)  et s’achèvera ce soir. Pour marquer le début de la journée d’aujourd’hui, une sirène retentit pendant deux minutes dans tout le pays à 10hoo précise. Toute activité est alors suspendue, les piétons s’immobilisent, les voitures s’arrêtent sur le bas-côté et tous observent deux minutes de silence en hommage aux victimes de la Shoah.

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Cette année, Ida Braunstein, une résidente de Kfar Saba âgée de 78 ans, a été invitée par sa petite-fille, le sergent Aya Braunstein, opérateur d’alarme de la salle d’alerte afin qu’elle puisse appuyer elle-même sur le bouton qui actionne la sirène. « Pour nous, c’est comme la fermeture du cercle » a déclaré Ida à Aroutz 13.

Ida est née dans un camp de concentration, sa mère avait été séparée de son père. Bébé, elle est tombée gravement malade mais a survécu et, vers la fin de la guerre, elle et sa mère, ont rejoint une petite ville en ruine du nom de Novoselitsa, en Ukraine. Elles ont réussi à survivre en vendant des crêpes à des soldats russes. Tous les jours sa mère surveillait la publication de la liste des vivants jusqu’au jour où elle a aperçu le nom de son mari. Elle a réussi à le retrouver et lui a dit qu’ils avaient une fille. À la fin de la guerre, une famille s’est réunie et dix ans après, Ida, à l’age de 17 ans, a immigré avec ses parents en Israël.

En Israël, Ida a réussi à surmonter son passé et à fonder une famille. Elle a rencontré son mari, Reuven Braunstein, lui aussi rescapé de l’Holocauste. Ils se sont mariés et ont eu des enfants et des petits-enfants dont Aya…

Immédiatement après la sirène, a débuté la cérémonie de dépôt de gerbe au pied du mémorial du ghetto de Varsovie à Yad Vashem à Jérusalem. Le Président, le Premier Ministre d’Israël, le président de la Knesset, le Président de la Cour suprême, le chef d’état-major, le maire de Jérusalem et d’autres hauts fonctionnaires prendront part à la cérémonie. À 11 heures, ce sera la récitation des noms des victimes de l’Holocauste, lue par des membres du grand public. La cérémonie est intitulée «Pour chaque homme il y a un nom ». A 13 heures la cérémonie commémorative principale aura lieu dans la salle du Souvenir.

Source Hahadashot 13 – Tel-Avivre –

Print Friendly

One Response to C’est une survivante de l’Holocauste qui a actionné la sirène à 10h00 du matin de ce Yom Hashoah 2019

  1. Isaak MICHON ADJOUBEL

    Pour moi Yom hashoah, c’est l’occasion de penser à mon père qui, grâce à D.. avait réussi à échapper à la rafle du Veld’Hiv, parce qu’il habitait au rez de chaussée et qu’il à pu s’enfuir par la fenêtre pendant que la police entrait par la porte. Il avait été dénoncé par ses voisins. C’était un mois avant ma naissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *