Attentat du Musée juif de Bruxelles: Mehdi Nemmouche comparaîtra ce lundi devant son jury

Le procès ne commencera officiellement que jeudi et pourrait durer jusqu’à fin février mais l’audience d’aujourd’hui vise à désigner le jury populaire qui décidera avec les magistrats de la cour du sort de Nemmouche accusé des quatre meurtres commis en 2014 au Musée juif de Bruxelles. « Aux dernières nouvelles, notre client sera bien présent lundi matin devant la cour », a indiqué son avocat Me Henri Laquay.

Nemmouche

La chambre du conseil de Bruxelles avait décidé, en janvier 2018, de renvoyer Mehdi Nemmouche, et Nacer Bendrer  devant la cour d’assises pour répondre de l’attentat au Musée juif de Bruxelles. Le 21 mars 2018, la chambre des mises en accusation de Bruxelles a confirmé la  décision. Ce lundi dès 9h00 du matin, la cour d’assises de Bruxelles procédera donc au tirage au sort des jurés. Les débats ne débuteront que jeudi matin. Mehdi Nemmouche et son complice présumé Nacer Bendrer sont accusés de l’attentat terroriste qui a fait quatre morts  le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, situé rue des Minimes à Bruxelles. Nemmouche a ouvert le feu dans le hall d’entrée du Musée juif. Un couple de touristes israéliens, une bénévole française et un employé du musée sont morts ce jour là sous ses balles.  Nemmouche venait juste de revenir de Syrie où il avait combattu dans les rangs djihadistes.

Une semaine après l’attentat, Mehdi Nemmouche avait été arrêté à Marseille. Il était en possession d’armes qui semblaient identiques à celles utilisées lors de l’attentat, de munitions et d’un drapeau de l’organisation djihadiste Etat islamique.

Dans ce procès, Nemmouche, niera les faits.  « Je veux voir mon innocence reconnue » a déclaré le djihadiste par le biais de son avocat le 20 décembre lors d’une première audience préliminaire. Mais les familles  qui se sont constituées parties civiles ne l’entendent pas ainsi et estiment que les preuves rassemblées contre lui sont « accablantes ». Les avocats de  Nemmouche avaient  demandé à ce que la cour renonce à entendre quatre journalistes français comme témoins, mais en vain. Ces journalistes étaient otages en Syrie en 2013 et l’un de leurs geôliers n’était autre que Mehdi Nemmouche.

Les avocats de Nemouche avaient aussi demandé que l’ambassadeur d’Israël et que le directeur du service de renseignement du Mossad soient interdits à comparaître mais les Juges ont également rejeté la demande.

Tel-Avivre –

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *