Une parlementaire britannique a présenté un projet de loi de reconnaissance de la « Palestine »

Layla Moran, une parlementaire britannique d’origine palestinienne, a présenté un projet de résolution à la Chambre basse pour la reconnaissance de la « Palestine » par l’Angleterre. « La Grande-Bretagne doit  reconnaitre l’Etat de Palestine. Donc le projet que j’ai présenté aujourd’hui est la première étape pour que cela prenne force de loi » a-t-elle rapporté. 

Capture video

En cas d’adoption de cette loi, le gouvernement britannique devra reconnaitre la Palestine en tant qu’Etat dans les trois mois. Layla Moran a appelé « tous ceux qui croient à une paix et une solution à deux Etats entre Israël et la Palestine, à appuyer le projet ».

« Je suis consternée par le manque de progrès accomplis par le gouvernement conservateur dans la reconnaissance de l’État de Palestine. Tant que l’Etat de Palestine n’aura pas été reconnu, les deux acteurs ne pourront pas se mettre à la table des négociations en tant que partenaires égaux. Comte tenu du rôle du Royaume-Uni dans la déclaration Balfour, il est essentiel que la Grande-Bretagne reconnaisse le rôle qu’elle doit jouer au sujet de la relance des négociations de paix » a déclaré la député dans la vidéo ci-dessous.

.

.

Entre 2009 et 2010, 137 pays membres de l’ONU sur les 193 ont reconnu l’état de « Palestine » mais le Royaume-Uni, les États-Unis, la France et la plupart des pays de l’Union Européenne n’ont pas reconnu officiellement l’État palestinien qui a cependant « réussi » à obtenir  le statut de  pays observateur non-membre de l’ONU  à l’Assemblée générale de l’ONU en 2012. 138 pays sur 188 avaient voté pour et parmi eux figurait la France. Non défini officiellement, ce statut permet à ses détenteurs de signer plusieurs textes onusiens et de saisir des institutions comme la Cour pénale internationale. Les palestiniens ont , depuis, le droit d’assister à la plupart des réunions et d’en consulter la documentation mais n’ont pas le droit de voter, de proposer des résolutions et de postuler à des offices onusiens. Avec cette adhésion, les Palestiniens ont obtenu une victoire symbolique forte. Tout comme le mois dernier lorsque l’Assemblée générale des Nations unies a attribué aux Palestiniens des pouvoirs légaux supplémentaires afin qu’ils puissent exercer en 2019 la présidence du Groupe des 77. La résolution avait été présentée par l’Egypte et approuvée par 146 pays sur les 193 composant l’ONU. Trois pays avaient voté contre, les Etats-Unis, Israël et l’Australie et quinze s’étaient abstenus.

Le 27 septembre, en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, le Groupe des 77 et de la Chine avait choisi la Palestine pour assumer en 2019 sa présidence tournante. Créé pour favoriser les intérêts économiques de ses membres, le G77 , la plus grosse coalition d’états en développement au sein des Nations unies, est aujourd’hui une force de négociation de poids, notamment sur les questions budgétaires. Présider le G77 permettra aux Palestiniens d’obtenir une reconnaissance internationale…

Tel-Avivre –

 

 

Print Friendly

4 Responses to Une parlementaire britannique a présenté un projet de loi de reconnaissance de la « Palestine »

  1. Maintenant les palestiniens dirigent le monde , c’est exactement ce qu’ils reprochent aux juifs .

  2. Ça vous étonne ?
    La Grande Bretagne est gangrenée par l’Islame

  3. Parlementaire et réfugiée palestinienne .

  4. Elle n’a pas encore compris qu’il n’y aura jamais d’état palestinien. Les palestiniens ont déjà un état et cet état s’appelle La Jordanie.
    ROSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *