La peine capitale pour les terroristes sera peut-être votée à la Knesset…

De l’eau a coulé sous les ponts depuis le rejet par la Knesset en 2015 (par 94 voix contre 6 en première lecture) de la loi visant à autoriser la peine de mort. Proposé par Israel Beiteinou, le parti d’Avigdor Liberman, le retour de la peine capitale pour les terroristes jugés coupables de meurtre, a, cette fois, des chances de passer même si rien n’est joué. Si elle est adoptée, cette loi permettrait  à un tribunal pénal de condamner les terroristes à la peine de mort à la majorité d’au moins deux juges de la Cour Suprême. Actuellement, la peine de mort est autorisée mais seulement à l’unanimité des juges… 

Benjamin Netanyahou Photo by Hadas Parush/Flash90

Même si une loi existe déjà en Israël autorisant la peine de mort pour les crimes contre l’humanité, elle n’a  été appliquée qu’une seule fois, en 1962, pour Adolf Eichmann, artisan de la « solution finale ».

En 2008, l’État juif avait opté en faveur d’une résolution de l’ONU préconisant un moratoire mondial pour les exécutions, une décision en adéquation avec  les prescriptions de la tradition juive qui reconnaît la peine capitale, mais l’assortit d’un arsenal de conditions judiciaires interdisant quasiment son application. Maïmonide, autorité rabbinique du Moyen Âge,  disait qu’il est préférable d’ »acquitter mille personnes coupables que de mettre un innocent à mort ».

En juillet 2015, le projet de loi de réintroduire la peine capitale pour les terroristes jugés coupables de meurtre, proposé par Avigdor Liberman avait été rejeté en première lecture à la Knesset par 94 voix contre et 6 voix pour. Le ministre de la Défense israélien avait justifié son projet de loi par le fait qu’il sera, à son avis, “un puissant moyen de dissuasion des terroristes”. À l’époque, les six voix pour provenait uniquement du parti Israel Beiteinou (le parti d’Avigdor Liebermann). À l’instigation du Premier Ministre Nethanyou, le Comité Ministériel pour la Législation n’avait pas voté pour la mesure mais un comité avait été créé pour examiner ce qu’il faudrait modifier dans la législation sur la peine de mort. Ainsi, deux ans et demi plus tard, le 3 janvier 2018, le parlement israélien  avait adopté en lecture préliminaire, par 52 voix contre 49, ce projet de loi et pendant les neuf derniers mois, le processus législatif attendait l’avis du cabinet de sécurité du gouvernement. Mais ce dimanche 4 novembre, contre l’avis de son cabinet de sécurité, Benjamin Netanyahou a relancé le projet de loi en donnant son feu vert pour que le texte de loi soit désormais examiné par la Commission Loi et Constitution de la Knesset, avant d’être soumis à un vote en séance plénière du Parlement. Il sera donc soumis demain à la Commission du droit et de la justice de la Knesset avant d’être présenté en première lecture aux députés. Netanyahou s’est donc plié aux exigences de son ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, qui, à l’ouverture de la session hivernale de la Knesset le 15 octobre dernier, avait menacé de quitter la coalition gouvernementale si le projet de loi n’était pas soumis au Parlement.

Le projet de loi doit être entériné en trois lectures et obtenir l’aval du Conseiller juridique du gouvernement Avihaï Mandelblitt qui n’y est pas favorable, arguant que la peine de mort ne dissuadera pas les terroristes, bien au contraire. Autant dire que rien n’est joué à cette heure. Le chef du Shin Bet, la sécurité intérieure, Nadav Argaman, y est également opposé, il mis en garde contre « une vague d’enlèvements de Juifs à travers le monde qui pourraient servir de monnaie d’échange aux terroristes condamnés à mort ». Les opposants à la peine de mort, de droite et de gauche confondus, affirment que la peine de mort ne rendra pas l’État hébreu plus sûr. « Au lieu de la dissuader, la peine de mort renforcera la volonté des terroristes qui deviendront des ‘shahids’ », a déclaré le député Eyal Ben-Reuven, général à la retraite.

Tel-Avivre –

Print Friendly

4 Responses to La peine capitale pour les terroristes sera peut-être votée à la Knesset…

  1. LA LOI DE BADANTER CONTRE LE. MIS À MORT DES ASSASINE NE PLUS VALABLE PUISQUE LE TERRORISME A AUGMENTÉ DE 100/100 EN PLUS DES MILLIERS PERSONNES DOIVENT SUPORTE LES FRAIS DE PRISON
    D’UN RÉCIDIVISTE ASASAINE ALOR LA CONDANATION A MORT. EST UNE SOLUTION LOGIQUE POUR LA
    SOCIÉTÉ ET LA FAMILLE DE VICTIME

  2. Je suis pour la peine de mort pour tout terroriste ;

  3. LA LOI DU TALION !
    OEIL POUR OEIL , DENT POUR DENT !
    POURQUOI NE PA APPLIQUER SIMPLEMENT CETTE LOI
    HERITAGE DE NOS ANCETRES
    SANS CHERCHER DES MOTIFS POUR NE PAS APPLIQUER CETTE REGLE.

    LA SEULE PREUVE VALABLE ….CE TERORISTE EST PRIS SUR LES FAITS de TUER
    C’EST LA PEINE DE MORT SANS HESITER.
    OUI A LA PEINE DE MORT !!!
    PAS QUESTION DE LE SOIGNER , L’EXECUTION POINT FINAL,
    PAS LA PRISON …

  4. Compréhensible vu le contexte, mais cela ne va pas dans le sens des valeurs éthiques juives malheureusement… et risque de nuire à Israël au final. Sans compter que les assassins nazislamistes ne demandent que cela, car ils sont du côté de la mort 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *