StreetConnecSion, Tel aviv au rythme de ses rues, rue Aharon Chelouche

 la rue Aharon Chelouche (ou Shlush)

Contrairement aux grands philanthropes que sont le baron de Rotschild ou Moïse de Montefiore, à l’origine du premier quartier de Jérusalem en dehors des murs de la vieille ville, les hommes qui ont sorti les Juifs des portes de Jaffa en créant Neve Tzedek, puis Ahuzat Baït, les embryons de Tel Aviv, demeurent relativement peu connus.

Aharon Chelouche (19 mai 1840 – 7 avril 1920) fut le premier homme à l’origine de l’initiative consistant à faire sortir la population juive, de plus en plus nombreuse, des murailles de Jaffa, ville alors surpeuplée et soumise à des conditions de vie et d’hygiène peu envieuses. D’obédience religieuse, observant, Aharon Chelouche fut le chef de la communauté sépharade de Jaffa au milieu du 19e siècle avant de s’implanter à Neve Tzedek, le premier quartier du futur Tel Aviv.

Dans l’histoire du sionisme, bien qu’assez oublié des livres d’histoire globale sur le sionisme et l’Etat d’Israël, on rangerait Aharon Chelouche parmi ceux qu’on appelle les proto-sionistes , ceux qui initient un mouvement moderne d’implantation juive sur la Terre d’Israël avant même le début de la période dite ‘sioniste’ et la première aliya de 1881-82.

Dès les années 1840 en effet, la famille Chelouche, originaire d’Oran, dans l’actuelle Algérie, débarque en Israël alors sous domination ottomane. Elle s’installe d’abord à Haïfa, avant de déménager pour Sichem (ou Naplouse) puis Jérusalem, et enfin Jaffa. Grâce à ses succès dans les affaires, Chelouche est alors commerçant, il achète des terrains vides et y encourage l’implantation juive en permettant la construction à bas prix. En 1883 il fait construire la première maison en dehors des murs de Jaffa. Elle est encore totalement isolée et il lui faut attendre 1887 avant de s’y installer. La même année est fondée Neve Tzedek (qui signifie ‘Oasis de Justice’). C’est le début d’une aventure. On est en pleine première aliyah, l’immigration des Hoveveï Tzion et des Bilouim venus de Russie. C’est l’époque où sont fondées Petah Tikva (1878), Rishon Le Tzion, Rosh Pina ou encore Zikhon Yaakov.

Un pont ainsi qu’une rue aujourd’hui à Neve Tzedek portent le nom d’Aharon Chelouche. La rue Aharon Chelouche traverse le quartier Neve Tzedek d’est en ouest. Au numéro 32, on peut observer la maison Chelouche, ainsi qu’une synagogue adjacente. Cette dernière est encore en activité aujourd’hui et sert de synagogue de quartier. Petite, calme, de style traditionnel, elle accueille chaque samedi la communauté. La maison a connu nombre de rebondissements historiques.

On a longtemps cru qu’il s’agissait de la première maison qu’il a construite en 1883. On sait depuis peu que celle-ci se trouvait à Manshia, à quelques dizaines de mètres de là, un peu plus au sud, plus proche de Jaffa. Elle fut entièrement détruite pendant la guerre d’indépendance en 1948.

Aussi, bien qu’Aharon Chelouche soit à l’origine de la première maison construite en dehors de Jaffa, elle ne se trouvait pas exactement à Neve Tzedek, et ce n’était pas celle que l’on observe aujourd’hui, postérieure de cinq années. Cette dernière ne manque pour autant pas d’intérêt. En 1892 donc, Aharon Chelouche s’installe avec sa famille dans une nouvelle maison où il vit avec sa femme Sarah, originaire d’Irak, et ses sept enfants. Construite à l’origine à un seul étage, la famille Chelouche en construit dès 1900 un second. Celui-ci est touché par un obus allié pendant la seconde guerre mondiale et presque entièrement détruit. Il est cependant rapidement reconstruit et restauré. Deux de ses fils, Avraham Haïm et Yossef Eliyahou, suivent ses enseignements et montent sur le côté nord de la maison, l’usine des ‘Frères Chelouche’, une usine de fabrication de matériaux destinés à la construction de bâtiments grâce à une méthode de préfabrication qui fit souche dans tout le pays.

Aharon Chelouche meurt le 7 avril 1920, il est enterré dans l’ancien cimetière de la rue Trumpeldor à Tel Aviv. La maison Chelouche devient un court temps la mairie de Tel Aviv avant de devenir une école religieuse et bientôt la première école mixte. Elle fut ensuite abandonnée pendant des dizaines d’années, un peu comme le fut Neve Tzedek. Elle est revendue en 2001 à des particuliers. En 2007 elle est rachetée par Marius Nechte, un riche homme d’affaires israélien, qui en assure les rénovations.

Aharon Chelouche fut l’un des pionniers du mouvement hébreu de la fin du dix-neuvième siècle. Le quartier adjacent de Keren Hatemanim portait son nom avant d’être rebaptisé sous l’influence de l’afflux des immigrants yéménites. Il comptait parmi les grands hommes et intellectuels de Neve Tzedek avec le rav Kook (1865-1935), Alexander Ziskind Rabinovith (1854-1945), ou encore les jeunes talents qui s’y sont révélés au début du vingtième siècle comme Shaï Agnon (1888-1970), David Shimoni (1886-1956), Yossef Haïm Brenner (1881-1921) ou encore Deborah Baron (1887-1956).

Aharon Chelouche fut un artisan et important investisseur de Neve Tzedek. Il en est l’un des ses fondateurs, avec Shimon Rokach (1863-1922), Haïm Amzaleg (1824-1916) ou encore Zerah Barnet (1843- 1945).

A suivre…

 

Print Friendly