La rencontre très attendue entre le président Donald Trump et son homologue russe, Vladimir Poutine, à Helsinki, en Finlande, aurait abouti lundi à une série de négociations entre les deux grandes puissances qui bénéficieraient à Israël, a déclaré lundi le président Trump. Il a affirmé que le leader russe « croit » en Israël et est « un fan de Bibi » (Trump a utilisé Bibi qui est le surnom de Netanyahou)

Capture d’écran

Les deux dirigeants se sont réunis à huis clos pendant plus de deux heures à Helsinki, en Finlande et se sont concentrés en grande partie sur l’avenir de la Syrie, avec un accent particulier sur le retrait des forces iraniennes de  Syrie, une préoccupation clé d’Israël. À la suite de la réunion, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a exprimé sa satisfaction à l’égard des accords conclus par les deux dirigeants et a félicité le président Trump pour son «engagement» envers la «sécurité d’Israël».

Pour ne rien rater de l’actualité en Israël et recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Le bureau de Netanyahou a publié une déclaration peu de temps après la conférence de presse: « Le Premier ministre Benjamin Netanyahou salue l’engagement indéfectible des Etats-Unis et du président Donald Trump envers la sécurité d’Israël, exprimé lors de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine……..le Premier ministre Netanyahou apprécie également la coordination de la sécurité entre Israël et la Russie et la position claire exprimée par le président Poutine concernant la nécessité de respecter l’accord de séparation des forces de 1974 entre Israël et la Syrie ».

Après sa rencontre avec son homologue russe à Helsinki, le président Trump a également accordé  un entretien  à Sean Hannity de Fox News: Trump a affirmé que Poutine avait « confiance en Israël » et qu’il était « un fan de Bibi». Le président américain  a déclaré en outre lundi soir lors de l’interview, qu’au cours de leur sommet à Helsinki, lui et le président russe, avaient atteint « de très bonnes conclusions concernant Israël » que le président Poutine « continuera d’aider Israël » sans toutefois préciser plus de détails.

.

.

Tel-Avivre- 

Print Friendly, PDF & Email

2 COMMENTS

  1. Ces compléments d’informations que donne Trump de ses entretiens avec Poutine, posent quand même des questions de crédibilité. Poutine soutient Israël mais ne fait aucune remarque pour calmer les Iraniens, pour exiger que les armes russes vendues à Téhéran ne puissent pas servir dans un guerre d’invasion contre Israël, pour conditionner la présence d’experts russes dans des unités pointues de l’armée iranienne à une politique militaire moins provoquante contre Israël… Y a-t-il un engagement d’Assad d’éviter de bombarder Israël et de concentrer des troupes (au-delà d’un certain seuil) dans les 20 ou 30 km de la ligne de cessez-le feu sur le Golan de juin 1967 (durant une période minimale de 10 ou 20 ans) ? On apprend de certaines sources qu’Assad voudrait être moins « enserré » par les Iraniens… et Poutine fait quoi sur ce point ? On a plutôt l’impression qu’il craint fort l’Iran et cherche à éviter à tout prix un désaccord avec le Guide de la Révolution. De plus, s’il est en si bonnes relations et si nécessaire à la Syrie, pourquoi vouloir installer à demeure des bases et institutions militaires en Syrie ? Certainement pas pour améliorer le sentiment de sécurité des Israéliens.Pour sécuriser les Syriens qui craignent d’être « gobés » par l’Iran chiite ? Quels engagements Poutine et Trump se sont-ils échangés quant à leur présence au Proche-Orient, les limites d’armement qu’ils imposeront à leur corps expéditionnaire ou leurs unités qui restent sur place, les aides civiles qu’ils vont organiser pour reconstituer une Syrie pacifique et accueillante pour ses populations qui voudraient rentrer chez elles… ?

Répondre à Chapom Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here