Le procès de l’ancien ministre israélien accusé d’espionnage pour le compte de l’Iran s’est ouvert

Cheveux grisonnants et chemise à col bleu, Gonen Segev qui n’était pas apparu en public depuis son arrestation en mai dernier, a comparu ce matin devant le tribunal du district de Jérusalem pour un procès à huis clos. L’homme  a été accusé le 18 juin dernier d’espionnage contre Israël, au profit de son  ennemi numéro 1: l’Iran. Aujourd’hui, âgé de 62 ans, Gonen Segev, accusé du pire, a pourtant connu le meilleur. Ancien pilote et capitaine de l’armée de l’air israélienne, Segev a poursuivi des études de médecine après son service militaire. Devenu pédiatre dans les années 80, il a été élu député à la Knesset en 1992 avant de rejoindre le gouvernement Rabin en janvier 1995, comme ministre de l’énergie. Mais sa descente aux enfers ne date pas d’aujourd’hui, elle commence en 2004, date a laquelle Gonen Segev tente, pour des raisons mystérieuses, d’introduire plus de 30 000 cachets d’ecstasy sur le territoire israélien, en provenance d’Amsterdam. 

L’ancien ministre israélien de l’Energie, Gonen Segev, vu au tribunal du district de Jérusalem le 5 juillet 2018. Photo de Yonatan Sindel / Flash90

Après avoir avoué le trafic de drogue, Segev a été condamné en 2005 à six ans d’emprisonnement, mais  il n’a effectué qu’un tiers de sa peine pour bonne conduite et est sorti de prison mi-2007  puis a quitté le pays, pour s’installer au Nigeria. Il y a résidé jusqu’en mai 2018 puis a tenté de traverser la frontière avec la Guinée équatoriale mais se fait refouler et extrader en Israël.

Pour ne rien rater de l’actualité en Israël et recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Gonen Segev a donc été arrêté en mai dernier  à l’aéroport Ben Gourion près de Tel-Aviv, puis détenu en secret jusqu’à ce que le Shin Beth, le service de sécurité intérieure, annonce sa détention le 18 juin.

Revenons à cette dernière semaine, quelques jours avant le procès, le Shin Bet a dévoilé de nouveaux détails sur les services fournis par Segev aux Iraniens…

« L’enquête a montré qu’en 2012, un lien avait déja été établi entre Segev et des fonctionnaires de l’ambassade iranienne au Nigeria alors qu’il y résidait et y pratiquait la médecine qu’on lui avait interdit en Israël. Segev a participé à deux reprises à des réunions en Iran avec ses des contacts dont l’identité et la fonction de responsables du renseignement étaient connues. il a également fait passer des agents iraniens pour des hommes d’affaires auprès de hauts responsables israéliens lors de rencontres à travers le monde dans des hôtels et des appartements clandestins  » a déclaré le communiqué du Shin Bet, le service de sécurité intérieure de l’État hébreu.

Toujours selon le Shin Bet, cet ancien ministre, aurait, en outre, fourni des informations confidentielles sur le secteur de l’énergie, des sites sensibles pour la sécurité ainsi que des informations concernant de hauts fonctionnaires  israéliens aux services de renseignements iraniens. il aurait également reçu un équipement iranien lui permettant de crypter les communications avec ses officiers traitants.

Selon l’acte d’accusation, Gonen Segev, ministre de l’Energie et des Infrastructures entre 1995 et 1996, est accusé d’espionnage, d’assistance à l’ennemi en temps de guerre et d’avoir fourni des informations « dans l’intention de porter atteinte à la sécurité de l’Etat ». Alors que le procès se tient à huis clos, il semblerait qu’une cinquantaine d’articles de cet acte d’accusation aient été censurés pour des « raisons de sécurité ». Ils portent notamment sur la manière dont Gonen Segev a obtenu les informations qu’il a fournies aux Iraniens et sur les missions qui lui ont été confiées.

Tel-Avivre –

 

Print Friendly

5 Responses to Le procès de l’ancien ministre israélien accusé d’espionnage pour le compte de l’Iran s’est ouvert

  1. QUE CE TERRIBLE TRAITE SOIT FUSILLE SANS DELAIS!

  2. AMEN !!!…

  3. c’est un résumé de ce qu’on sait déjà sur cet enfoiré, mais rien de plus!
    on ne comprend toujours pas pourquoi il a fait ce trafic de drogue par exemple, qui l’a exclu de ses activités de médecine en Israël.
    Aurait-il agi en intelligence avec l’ennemi iranien, par dépit? pour se venger?
    quoi qu’il en soit, c’est un pervers très intelligent!

  4. des merdes il en existe partout dans le monde la preuve même en Israel !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *