Le parti de l’opposition Yesh Atid aide la coalition à faire passer le projet de loi sur la conscription en première lecture

Yesh Atid a voté aux côtés de la coalition pour faire adopter durant la nuit de lundi la loi sur la conscription en première lecture par 63 vois pour et 39 contre. Les partis ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah (UTJ) et Shaaas ont voté contre le projet de loi. Mais la loi sur l’enrôlement doit passer encore deux autres lectures au parlement israélien.

Yair Lapid Knesset, 2018. Photo by Hadas Parush/Flash90

L’enrôlement des ultraorthodoxes est depuis longtemps sujet de discorde en Israël. La question est de savoir si, oui ou non, les jeunes étudiants ultra-orthodoxes doivent effectuer le service militaire obligatoire comme leurs coreligionnaires juifs.

Pour ne rien rater de l’actualité en Israël et recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Yair Lapid, le chef du parti Yesh Atid qui a aidé la coalition du gouvernement Netanyahou à voter la première lecture du projet de loi, explique que celui-ci, tel qu’il est proposé aujourd’hui, est proche de celui que son parti avait poussé dans le passé à la différence qu’il ne prévoit pas de sanctions pénales contre les étudiants de Yeshiva qui s’en affranchiraient dans le futur mais seulement des sanctions économiques contre les établissements où ils étudient.  Cela dit, le projet voté en première lecture inclus aussi un quota plus faible du nombre d’ultra-orthodoxes qui seront enrôlés chaque année. L’objectif pour 2018 est fixé à 3 348 étudiants de yeshiva et augmentera de 5 à 8 % par an pour atteindre 6 844 en 2027. Si les taux d’enrôlement n’atteignent pas l’objectif, les fonds destinés aux écoles seront réduits.

Tel-Avivre-

Print Friendly

3 Responses to Le parti de l’opposition Yesh Atid aide la coalition à faire passer le projet de loi sur la conscription en première lecture

  1. Pingback: Le parti de l’opposition Yesh Atid aide la coalition à faire passer le projet de loi sur la conscription en première lecture | Coolamnews

  2. Dejudaisation en cours.

  3. Faire son service militaire pour être capable de défendre son Pays, sa famille, en cas de guerre, n’est pas se dé-judaïser.
    Est-il normal d’envoyer les autres se faire tuer à sa place ?
    Le fait de faire son service n’empêche pas de prier et de croire en D’.
    D’ est avant tout, dans notre coeur, notre esprit, nos actes. Où que nous
    soyons il est présent si nous croyons en lui. Ce n’est pas la yeshiva ou la synagogue qui lui octroie une présence plus importante mais notre foi en lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *