Soupçonnée par la Justice israélienne depuis plus d’un an, l’épouse de Benjamin Netanyahou est sous le coup d’une enquête qui cherche à savoir si Sarah Netanyahou a effectivement dépensé entre 2009 et 2013 des centaines de milliers de shekels aux frais du contribuable en repas commandés à des fins personnelles dans ses résidences privées du couple… 

Photo by Tomer Neuberg/Flash90

L’épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahou, Sarah, a été inculpée jeudi pour «fraude» et «abus de confiance» dans l’affaire dite « de résidence » a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué de presse. Elle est soupçonnée d’avoir détourné des fonds publics à des fins personnelles dans les résidences privée et officielle du couple. Sous le coup d’une enquête qui dure depuis plus d’un an, Sarah Netanyahou est accusée d’avoir dépensé 350.000 shekels (à peu près  85.000 euros) de repas dans des restaurants haut de gamme, aux frais du contribuable entre 2010 et 2013.

L’acte d’accusation a été déposé neuf mois après la décision de porter plainte du procureur général Avichai Mandelblit contre l’épouse du premier ministre. Le Bureau du Procureur de l’État a demandé que le procès se tienne sous la direction d’un panel de trois juges en raison de «la sensibilité du public» et de «la position publique du défendeur». Selon l’acte d’accusation, Sarah Netanyahou aurait agi avec l’aide de l’ancien directeur général adjoint du cabinet du Premier ministre, Ezra Saidoff, début septembre 2010 et jusqu’en mars 2013, pour faire croire qu’aucun cuisinier n’était employé à la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem.

Un autre acte d’accusation a été déposé jeudi devant le tribunal de Jérusalem par le bureau du procureur contre Saidoff, accusé d’obtention frauduleuse de prestations dans des circonstances aggravantes, de fraude et d’abus de confiance, ainsi que de falsification de documents dans trois affaires différentes à la résidence du Premier ministre.

La décision de déposer un acte d’accusation contre Sarah Netanyahu a été prise à  l’issue de l’ enquête policière  suite aux nouvelles informations fournies par le témoin de l’Etat, Nir Hefetz.

Mais la femme du Premier ministre peut encore mettre fin à l’affaire avant d’aller au tribunal par le biais d’un « règlement conditionnel » dans lequel elle admettrait les détails de l’acte d’accusation mais pas forcement sa culpabilité. Elle devra accepter également une condamnation avec sursis assortie d’une amende.

A suivre….

Print Friendly, PDF & Email

4 COMMENTS

  1. pour des repas officiels, un cuisinier est peut-être necessaire, ou un traîteur
    mais pour des repas privés, elle n’est pas manchote pour préparer une salade ce carotte ou de concombres assorties de houmous, et un rôti de boeuf.
    un peu de frugalité ne nuit à personne

  2. Tout ce ci est bien vrai ma bonne dame
    Elle n’est pas manchot,Mais quand on est
    Pressurée par le stress et la complexité
    De l’appui qu’elle doit fournir à son mari
    Et sa disponibilité à faire ,avec lui, il est
    Tout de même possible qu’elle se libère des
    Taches ménagères par moment.
    De toute façon , je ne comprends pas
    Que le salaire de monsieur Natanyaou
    Ne soit pas fixé et que ses frais de fonctionnement
    Ne soient pas à justifier régulièrement .
    Qui est responsable de l’argent payé
    Sans contrôle ??????

  3. […] Soupçonnée par la Justice israélienne depuis plus d’un an, l’épouse de Benjamin Netanyahou est sous le coup d’une enquête qui cherche à savoir si Sarah Netanyahou a effectivement dépensé entre 2009 et 2013 des centaines de milliers de shekels aux frais du contribuable en repas commandés à des fins personnelles dans ses résidences privées du couple… Lire la suite sur tel-avivre.com […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here