L’armée syrienne a intercepté deux missiles près de Damas hier soir lors d’une frappe attribuée à Israël qui aurait fait 15 morts

Des médias syriens ont rapporté que des explosions avaient eu lieu mardi soir sur  la ville d’al-Kiswah située à 23 kilomètres au sud de Damas. La défense antiaérienne syrienne aurait intercepté deux missiles israéliens a indiqué son agence de presse officielle, citant une source militaire qui accuse Israël d’avoir mené les frappes  contre une base militaire faisant 15 morts dont huit Iraniens…

syrie.

« La défense anti-aérienne a intercepté deux missiles israéliens et les ont détruits », selon l’agence Sana. L’agence avait fait état plus tôt « d’explosions » dans ce secteur, tandis que la télévision syrienne avait retransmis des images de flammes qui selon elle se dégageaient d’un incendie provoqué par la destruction des deux missiles. Israël n’a pas fait de commentaires. Le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane a indiqué que ces missiles visaient un « dépôt d’armes appartenant aux milices iraniennes ou au Hezbollah libanais».  « Quinze combattants dont huit appartenant aux Gardiens de la Révolution iraniens ou aux milices chiites pro-iraniennes ont été tués » dans le secteur de Kesswa, a ajouté mercredi matin Rami Abdel Rahmane en indiquant que « les « dépôts d’armes ciblés appartiennent à la Garde révolutionnaire iranienne ».

Hier soir, le Golan était  en état d’alerte élevé devant l’éventualité d’une attaque iranienne venue de Syrie. Indiquant de probables mouvements des forces iraniennes en Syrie, l’armée israélienne, a ordonné l’ouverture d’abris dans la région du Golan. Le bureau du ministre de la Défense a annoncé qu’Avigdor Liberman, avait rencontré les responsables de la défense au quartier général de l’armée à Tel Aviv pour évoquer la situation sécuritaire.

En outre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a annoncé hier soir « soutenir pleinement » la décision« courageuse » du président américain Donald Trump de désengager son pays de l’accord nucléaire avec l’Iran. « Depuis la signature de cet accord, l’agressivité iranienne n’a fait que croître de jour en jour en Irak, au Liban, au Yémen, à Gaza et surtout en Syrie, où l’Iran essaie d’établir des bases militaires pour attaquer Israël » a rappelé Netanyahou.

De son coté, Emmanuel Macron a assuré que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni regrettaient «la décision américaine de sortir de l’accord nucléaire iranien». «Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu», a indiqué le président de la République française.

Tel-Avivre –

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *