L’ancien comptable du camp d’Auschwitz est peut-être mort

De fil en aiguille on nous annonce qu’Oscar Gröning, le « Comptable d’Auschwitz » serait peut-être mort. Drôle d’époque où il faut attendre des lustres pour qu’un meurtre, un attentat où toute action perpétrée contre des juifs soient enregistrés comme acte antisémite. Drôle d’époque où l’annonce de la mort d’un assassin nazi se décline avec un préambule comme on en voit peu pour ne pas dire jamais : « Un porte-parole du Parquet de Hanovre, Oliver Eisenhauer, a indiqué à l’AFP avoir été informé du décès d’Oskar Gröning, cet homme condamné en 2015 à 4 ans de prison pour complicité dans la mort de 300.000 Juifs, par son avocat sans pouvoir le confirmer officiellement.

pd.

La seule chose que nous ayons est une lettre de son avocat selon lequel il serait mort », a dit M. Eisenhauer, expliquant « ne pas encore disposer » du certificat de décès qui doit être adressé par la mairie aux autorités judiciaires. Ce qui peut prendre plusieurs jours. Plus tôt, le quotidien régional allemand Hannoversche Allgemeine Zeitung puis la chaîne de radio-télévision publique NDR avaient annoncé ce décès, eux aussi en citant l’avocat. Pourquoi tant de précautions ? Et les médias, toutes sensibilités confondues, de rappeler comme un seul homme son parcours judiciaire en commençant par noter « qu’Oskar Gröning avait fait partie des tout derniers anciens nazis à avoir dû répondre de leurs actes devant les tribunaux, plus de 70 ans après la fin de la Seconde guerre mondiale avant d’ajouter que « lors de son procès, l’homme avait présenté ses excuses et évoqué une « faute morale ».

Le compte n’est pas bon : 300.000 juifs assassinés n’ont jamais été compensés par des excuses et l’évocation d’une faute morale !

En réalité les charges retenues contre l’ancien SS reposaient entre autres sur deux points :
1- Avoir soutenu économiquement le régime nazi, en envoyant l’argent des déportés à Berlin,
2- Avoir assisté par trois fois à la « sélection » séparant, à l’entrée du camp, les nouveaux arrivants jugés aptes au travail de ceux qui étaient immédiatement tués.
Ce dont il avait tenté de se disculper, on croit rêver, en assurant que son rôle à l’époque, sans aucun lien avec une quelconque extermination, consistait uniquement à éviter les vols dans les bagages des déportés !

Drôle d’époque où on peut conclure un article de cette façon : « Fin 2017, la justice allemande avait ordonné son placement en détention mais le vieillard avait tenté tous les recours pour échapper à la détention. Il avait même déposé une demande de grâce. Ses efforts furent vains, « mais la justice n’avait pas mis sa menace à exécution ». (Sic)

Toujours est-il que selon l’hebdomadaire Der Spiegel, l’ancien SS serait mort vendredi à l’âge de 96 ans… à l’hôpital.

par Bely Landerer – Tel-Avivre –

Print Friendly

2 Responses to L’ancien comptable du camp d’Auschwitz est peut-être mort

  1. Il aurait du mourir il y a longtemps. Peut-etre ca aurait sauve quelques

    juifs de la mort……………Il faut admettre que dans le monde dans lequel

    nous vivons, il y a des meurtriers qui ont plus de chance que les autres.

    • Je n’ai jamais souhaité la mort de qui que ce soit ,,,,, mais dans tel cas,,,, je n’ai pas reussi à trouver de regrets,,, malgré mes interrogations ! ! !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *