Pour sa 15e édition, le Festival du film français en Israël ouvrira ses portes avec le film au Cinq Césars 2018

Les cinémathèques de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Holon, Herzliya, Rosh Pina et Sderot, et le Globus Max Ashdod (Espace Francophone Ashdod) vont accueillir du 13 mars au 7 avril, la quinzième édition du Festival du film français. Un Festival tout particulier car il qui recevra le réalisateur Albert Dupontel qui a obtenu cette année le César du meilleur réalisateur pour son film « Au-revoir, là-haut », 13 fois nommés et 5 fois récompensés par les Césars 2018 et qui, nous avons beaucoup de chance, ouvrira le festival cette année…

festival.

On peut dire que ceux qui assisteront à Tel Aviv à la soirée d’ouverture de cette quinzième édition du Festival du film français en Israël auront de la chance car elle se déroulera en présence du réalisateur Albert Dupontel qui n’était pas présent à la soiree des Césars 2018 et qui donc n’est pas venu chercher son prix en faisant savoir qu’il n’était « pas à l’aise avec les compétitions ».

Tiré du roman éponyme de Pierre Lemaître récompensé du Prix Goncourt 2013, le film d’Albert Dupontel, unanimement salué par la critique en France, 13 fois nommés pour les César 2018 et qui  a obtenu pas moins de 5 Césars  le 3 mars dernier, plonge le spectateur dans la France des années folles, après la 1ère guerre mondiale, avec l’histoire de deux poilus rescapés des tranchées, brisés par la guerre. Tout en respectant l’esprit du livre, Dupontel nourrit son histoire de son propre univers, baroque et coloré, en dénonçant « les ravages du patriotisme et le cynisme des puissants ».

Film historique ou témoignant du contexte social actuel, biopic, comédies, le festival du film français 15e édition délivrera cette année encore un programme varié qui permettra aux israéliens et aux francophones d’Israël de saisir le cinéma français contemporain dans toute sa richesse, sa complexité et sa diversité. Le festival proposera une série de films portant sur la filiation. « La villa » de Robert Guédiguian, invité d’honneur du festival avec Ariane Ascaride, actrice dans le film, raconte les réflexions d’un frère et d’une sœur autour de leur père en fin de vie. L’importance de la famille est également au cœur du film « Le Fils de Jean » de Philippe Lioret, de « Bonne Pomme » de Florence Quentin ou surtout d’« Ôtez-moi d’un doute » de Carine Tardieu avec François Damiens et Cécile de France, l’histoire d’un homme qui perd pied en apprenant tardivement que celui qu’il croyait être son père n’est pas son père biologique…

Le film de Xavier Legrand, « Jusqu’à la garde », rejoint aussi cette thématique en campant un couple en plein divorce, se disputant la garde de leur enfant sur fond de violences conjugales. Récompensé par le prix du meilleur film et de la mise en scène à la Mostra de Venise 2017, Xavier Legrand signe un magnifique premier film, très justement salué par les festivals et la critique. Même constat pour le premier film réalisé par Sara Forestier, « M », dans lequel la sensibilité et l’émotion dégagées par ce couple, l’un illettré et l’autre muette, ont séduit les spectateurs et les professionnels. La qualité de ces deux premiers films témoigne du talent des jeunes réalisateurs français.

Le Festival fait par ailleurs la part belle aux femmes avec plusieurs films dont elles sont le sujet : la persévérante « Maryline » de Guillaume Gallienne, avec Vanessa Paradis, que rien ne peut détourner de son ambition de devenir comédienne, « Aurore » de Blandine Lenoir, avec Agnès Jaoui, qui montre que la valeur ne s’atténue pas avec l’âge, ou « Numéro Une » de Tonie Marshall dans lequel Emmanuelle Devos, brillante chef d’entreprise, tente de se hisser à la tête d’une entreprise du CAC 40, où aucune femme n’a encore jamais mis les pieds…

Autre temps fort du festival, la projection de « 120 battements par minute » de Robin Campillo, Grand Prix du Festival de Cannes 2017, qui a fait l’unanimité auprès du grand public.

Enfin, le Festival sera l’occasion de redécouvrir des classiques du cinéma français avec la projection de 4 films dans leur version restaurée : « L’inhumaine » de Marcel L’Herbier (1924), « Casque d’or » de Jean Becker (1952), « French cancan » de Jean Renoir (1954) et « Les yeux sans visage » de Georges Franju (1960).

Tel-Avivre-


 

Tout le Programme du Festival du 13 mars au 5 avril 2018

 

AU REVOIR LÀ-HAUT

Film d’ouverture

En présence d’Albert Dupontel

Réalisé par : Albert Dupontel
Scénario : Albert Dupontel d’après l’œuvre de Pierre Lemaitre
Avec : Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte
Drame – 1h57

Avec l’aimable autorisation de Naschshon Films
Français st hébreu et anglais

 

Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire

 

BARBARA

Réalisé par : Mathieu Amalric
Scénario : Mathieu Amalric, Philippe Di Folco
Avec : Jeanne Balibar, Mathieu Amalric, Vincent Peirani
Drame, Biopic, Musical – 1h37
Avec l’aimable autorisation de Gaumont
Français st hébreu et anglais

Prix Louis Delluc 2017 & Prix Jean Vigo 2017, Un Certain Regard – Prix de la poésie du cinéma au Festival de Cannes 2017

Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle.

 

AURORE

Réalisé par : Blandine Lenoir
Scénario : Blandine Lenoir, Jean Luc Gaget
Avec : Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert, Pascale Arbillot
Comédie, Drame – 1h29
Avec l’aimable autorisation de New Cinema
Français st hébreu et anglais

Aurore est séparée, elle vient de perdre son emploi et apprend qu’elle va être grand-mère. La société la pousse doucement vers la sortie, mais quand Aurore retrouve par hasard son amour de jeunesse, elle entre en résistance, refusant la casse à laquelle elle semble être destinée. Et si c’était maintenant qu’une nouvelle vie pouvait commencer ?

 

120 BATTEMENTS PAR MINUTE

Réalisé par : Robin Campillo
Scénario : Robin Campillo, Philippe Mangeot

Avec : Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel
Drame – 2h23
Avec l’aimable autorisation de Lev Cinema
Français st hébreu et anglais

Grand prix du Festival de Cannes 2017

Début des années 90. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d’Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l’indifférence générale.
Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean.

« Le film est si réussi, si passionnant, si emballant, si émouvant qu’il semble échapper à tout, et notamment aux calculs. 120 BPM est en état de grâce, poussé par sa propre énergie, son propre désir. II touche chacun au plus profond. Cela s’appelle une grande œuvre ». L’Express

 

JUSQU’A LA GARDE

Réalisé par : Xavier Legrand
Scénario : Xavier Legrand
Avec : Denis Ménochet, Léa Drucker, Mathilde Auneveux
Thriller – 1h33
Avec l’aimable autorisation de Shoval Film
Français st hébreu et anglais

Prix du meilleur premier film et prix de la mise en scène à la Mostra de Venise 2017

Le couple Besson divorce. Pour protéger son fils d’un père qu’elle accuse de violences, Miriam en demande la garde exclusive. La juge en charge du dossier accorde une garde partagée au père qu’elle considère bafoué. Pris en otage entre ses parents, Julien va tout faire pour empêcher que le pire n’arrive.

 

LA MELODIE

Réalisé par : Rachid Hami
Scénario : Rachid Hami, Guy Laurent, Valerie Zenatti
Avec : Kad Merad, Samir Guesmi, Renély Alfred
Drame – 1h42
Avec l’aimable autorisation de Shoval Film
Français st hébreu et anglais

Prix spécial du jury du Festival de cinéma et musique du film de la Baule 2017

 A bientôt cinquante ans, Simon est un violoniste émérite et désabusé. Faute de mieux, il échoue dans un collège parisien pour enseigner le violon aux élèves de la classe de 6ème de Farid. Ses méthodes d’enseignement rigides rendent ses débuts laborieux et ne facilitent pas ses rapports avec des élèves difficiles. Arnold est fasciné par le violon, sa gestuelle et ses sons. Une révélation pour cet enfant à la timidité maladive. Peu à peu, au contact du talent brut d’Arnold et de l’énergie joyeuse du reste de la classe, Simon revit et renoue avec les joies de la musique. Aura-t-il assez d’énergie pour surmonter les obstacles et tenir sa promesse d’emmener les enfants jouer à la Philharmonie ?

 

MARYLINE

Réalisé par : Guillaume Gallienne
Scénario : Guillaume Gallienne
Avec : Annah Schaeffer, Adeline D’Hermy, Vanessa Paradis
Drame- 1h47
Avec l’aimable autorisation de Gaumont
Français st hébreu et anglais

Maryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle « monte à Paris » pour devenir comédienne. Mais, elle n’a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant. C’est l’histoire d’une femme, d’une femme modeste, d’une blessure.

 

LA VILLA

Invités d’honneur : Robert Guédiguian et Ariane Ascaride

Réalisé par : Robert Guédiguian
Scénario : Robert Guédiguian, Serge Valletti
Avec : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan
Drame – 1h47
Avec l’aimable autorisation de Lev
Français st hébreu et anglais

Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…

 

JALOUSE 

Réalisé par : David Foenkinos, Stéphane Foenkinos
Scénario : David Foenkinos, Stéphane Foenkinos
Avec : Karin Viard, Dara Tombroff, Anne Dorval
Comédie – 1h47
Avec l’aimable autorisation de Studio Canal
Français st hébreu et anglais

Nathalie Pêcheux, professeure de lettres divorcée, passe quasiment du jour au lendemain de mère attentionnée à jalouse maladive. Si sa première cible est sa ravissante fille de 18 ans, Mathilde, danseuse classique, son champ d’action s’étend bientôt à ses amis, ses collègues, voire son voisinage… Entre comédie grinçante et suspense psychologique, la bascule inattendue d’une femme.

 

M

Réalisé par : Sara Forestier
Scénario : Sara Forestier
Avec : Sara Forestier, Redouanne Harjane, Jean-Pierre Leaud
Drame – 1h38
Avec l’aimable autorisation MK2
Français st hébreu et anglais

Ibis d’or de la meilleure actrice au Festival de cinéma et musique du film de la Baule 2017

 Mo est beau, charismatique, et a le goût de l’adrénaline. Il fait des courses clandestines. Lorsqu’il rencontre Lila, jeune fille bègue et timide, c’est le coup de foudre. Il va immédiatement la prendre sous son aile. Mais Lila est loin d’imaginer que Mo porte un secret : il ne sait pas lire.

 

NUMERO UNE

Réalisé par : Tonie Marshall
Scénario : Tonie Marshal, Marion Doussot, Raphaëlle Bacqué
Avec : Emmanuelle Devos, Suzanne Clément, Richard Berry
Comédie dramatique – 1h50
Avec l’aimable autorisation de Naschon Film
Français st hébreu et anglais

Emmanuelle Blachey est une ingénieure brillante et volontaire, qui a gravi les échelons de son entreprise, le géant français de l’énergie, jusqu’au comité exécutif. Un jour, un réseau de femmes d’influence lui propose de l’aider à prendre la tête d’une entreprise du CAC 40. Elle serait la première femme à occuper une telle fonction. Mais dans des sphères encore largement dominées par les hommes, les obstacles d’ordre professionnel et intime se multiplient. La conquête s’annonçait exaltante, mais c’est d’une guerre qu’il s’agit.

 

LE FILS DE JEAN

Réalisé par : Philippe Lioret
Scénario : Philippe Lioret, Natalie Carter, d’après l’œuvre de Jean-Paul Dubois
Avec : Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan
Drame – 1h38
Avec l’aimable autorisation de l’Institut Français
Français st hébreu et anglais

À trente-trois ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu’il vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, Mathieu décide d’aller à l’enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n’a connaissance de son existence ni ne semble vouloir la connaître…

 

BONNE POMME

Réalisé par : Florence Quentin
Scénario : Florence Quentin, Alexis Quentin
Avec : Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Chantal Ladesou
Comédie – 1h41
Avec l’aimable autorisation de New Cinema
Français st hébreu et anglais

Gérard en marre d’être pris pour une bonne pomme par sa belle-famille.  Il quitte tout et part reprendre un garage dans un village niché au fin fond du Gâtinais… En face du garage, il y a une ravissante auberge, tenue par Barbara : une femme magnifique, déconcertante, mystérieuse, imprévisible.  Leur rencontre fera des étincelles…

 

OTEZ- MOI D’UN DOUTE

Film de clôture

Réalisé par : Carine Tardieu
Scénario : Carine Tardieu, Michel Leclerc, Raphaëlle Moussafir
Avec : François Damiens, Cécile de France, Guy Marchand
Comédie, Drame – 1h40

Avec l’aimable autorisation de New Cinéma
Français st hébreu et anglais

Erwan, inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père. Malgré toute la tendresse qu’il éprouve pour l’homme qui l’a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph, un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d’affection. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l’insaisissable Anna, qu’il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Une bombe d’autant plus difficile à désamorcer que son père d’adoption soupçonne désormais Erwan de lui cacher quelque chose…

 

 

Les  CLASSIQUES

 

L’INHUMAINE 

Réalisé par : Marcel L’Herbier
Scénario : Marcel L’Herbier, Pierre Marc Orlan
Avec : Jaque Catelain, Georgette Leblanc
Drame, Film muet, noir et blanc – 1h25
Avec l’aimable autorisation de L’Institut Français
1924, Français st hébreu et anglais

Une grande cantatrice d’avant-garde très entourée est réputée pour son insensibilité vis-à-vis des hommes qui la comblent pourtant d’attentions. Un jeune ingénieur veut lui faire prendre conscience de son inhumanité. Cette splendeur du cinéma muet sort de l’ombre totalement restaurée et sonorisée, les partitions musicales de Darius Milhaud ayant été égarées lors d’un naufrage pendant la dernière guerre mondiale.

 

CASQUE D’OR

Réalisé par : Jean Becker
Scénario : Jean Becker, Jacques Companéez
Avec : Simone Signoret, Serge Reggiani, Claude Dauphin
Comédie dramatique – 1h36
Avec l’aimable autorisation de L’Institut Français
1952, Français st hébreu et anglais

Parce qu’elle est blonde comme les blés, Marie est surnommée Casque d’or par Leca et sa bande de voyous. Dans une guinguette des bords de Marne, par un bel après-midi, alors que la bande prend le frais, Raymond, l’un des truands, aperçoit Manda, un copain d’enfance devenu charpentier, qu’il présente à ses amis. Manda n’apprécie guère les fréquentations de Raymond. A peine se sont-ils vus que Marie et lui s’éprennent l’un de l’autre, pour la vie. Leca, jaloux de cette formidable et si évidente passion, provoque une bagarre entre Roland, le protecteur de Marie, avec lequel elle s’est du reste fâchée, et Manda, qui tue son adversaire.

 

FRENCH CANCAN

Réalisé par : Jean Renoir
Scénario : Jean Renoir sur une idée d’André-Paul Antoine
Avec : Jean Gabin, Françoise Arnoul, María Félix
Comédie dramatique, musical – 1h42
Avec l’aimable autorisation de L’Institut Français
1954, Français st hébreu et anglais

A travers les amours tumultueuses de Danglard, producteur de spectacles et propriétaire d’un cabaret, les splendeurs et les misères du petit et du grand monde du Montmartre de la grande époque.

 

LES YEUX SANS VISAGE

Réalisé par : Georges Franju
Scénario : Jean Redon, Claude Sautet, Pierre Boileau, Thoma Narcejac, Georges Franju
Avec : Pierre Brasseur, Alida Valli, Edith Scob
Horreur, Drame – 1h28
Avec l’aimable autorisation de l’Institut Français
1960, Français st hébreu et anglais

Le chirurgien Genessier souhaite remodeler le visage de sa fille Christiane, rendue méconnaissable suite à un accident de voiture, mais pour cela il doit effectuer des greffes de peau qu’il aura prélevée sur des jeunes filles.

 

RESERVATIONS – ACHATS DES PLACES

Cinémathèque de Tel Aviv

2 Rue Sprinzak

  1. 03-6060800

www.cinema.co.il

 

Cinémathèque de Jérusalem

11 Route de Hébron

  1. 02-5654356

www.jer-cin.org.il

 

Cinémathèque de Haifa

142 Sderot Hanassi

  1. 04-8338888

www.haifacin.co.il

 

Cinémathèque de Sderot

4 Rue Hadegel

  1. 08-6897741

www.sderot-cin.org.il

 

 Cinémathèque de Holon

6 Rue Golda Meir

  1. 03-5021552

www.cinemaholon.org.il

 

Cinémathèque d’Herzliya

Sokolov St 29

  1. 09-9565008

www.hcinema.org.il/

E : [email protected]

 

Cinémathèque de Roch Pina

32 Rue David Shuv

  1. 04-6801453

www.roshpinacine.com

 

Globus Max Ashdod

Globus Max Canyon Sea Mall Ashdod

Réservations Espace Francophone : 052 785 82 19

 

 

 

Print Friendly

4 Responses to Pour sa 15e édition, le Festival du film français en Israël ouvrira ses portes avec le film au Cinq Césars 2018

  1. Pingback: Pour sa 15e édition, le Festival du film français en Israël ouvrira ses portes avec le film au Cinq Césars 2018 | Coolamnews

  2. Dupontel est sensible aux honneurs ? Même israéliens ?
    Etrange pour un homme qui se définit surtout pour son pro-palestinisme affiché.
    Peut-être qu’il découvrira certaines bonnes choses dans l’état juif. Il verra enfin la lumière ?

  3. Pingback: Rencontre magique avec Albert Dupontel à Tel Aviv | Telavivre

  4. Pingback: En parallèle du Festival du film francais en Israel, c’est aussi l’ouverture du 18e Festival du film israélien à Paris | Telavivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *