Meurtre de Michal Halimi: crime passionnel ou attentat nationaliste ou les deux?

Mohammed Harouf, un palestinien de Naplouse, qui a assassiné en mai 2017, Michal Halimi, 29 ans avec qui il aurait eu une liaison, a été condamné hier pour  meurtre à caractère nationaliste, bien que l’acte d’accusation originel n’ait fait aucune mention d’un tel motif. Mohammed Harouf  avait avoué en août 2017 avoir battu à mort sa petite amie Michal Halimi, enceinte de huit mois et âgée de 29 ans qui vivait dans la région de Binyamin. Il était donc, à l’époque, accusé de crime passionnel mais lors d’une audience en août, Harouf a nié avoir eu une relation avec Michal Halimi et a prétendu qu’il avait tenté de la kidnapper dans le but d’obtenir la libération de terroristes emprisonnés par Israël. Après l’audience, il avait même  répondu à une journaliste « qu’il voulait assassiner des Juifs et qu’une juive suffisait pas » ajoutant qu’il voulait « tuer tous les Juifs » (voir la vidéo plus bas).

Muhammad Harouf, un résident palestinien de Naplouse est amené à la Cour du district de Tel Aviv le 04 Février 2018, 2017, Harouf est accusé du meurtre de Michal Halimi. Photo par Miriam Alster / Flash90

Muhammad Harouf, résident palestinien de Naplouse est amené à la Cour du district de Tel Aviv le 04 Février 2018, 2017, Harouf est accusé du meurtre de Michal Halimi. Photo par Miriam Alster / Flash90

Le 23 mai 2017, Michal Halimi 29 ans, une jeune résidente de Samarie à l’extérieur de Jérusalem a été portée disparue. Elle avait été vue pour la dernière fois dans un véhicule Suzuki bleu. En juillet 2017 le corps de Michal Halimi a été découvert et identifié  dans des dunes de sable de la ville de Holon. Mohammed Harouf a été arrêté pour le meurtre de Michal Halimi. Il a été interrogé à plusieurs reprises avant d’avouer un crime passionnel.  La police avait déclaré à l’époque que des signes de violence avaient été trouvés sur le corps de la jeune femme, suggérant qu’elle avait été étranglée puis battue à mort avec un objet contondant. Ses restes avaient ensuite été partiellement enterrés dans une dune de sable.

Photo postee sur facebook par Harouf

Photo postee sur facebook par Harouf

Michal Halimi, mariée à Aharon Halimi, était enceinte de huit mois au moment de son meurtre. La police penchait pour l’enlèvement mais au cours de l’enquête, elle a découvert que Michal Halimi avait eu une liaison extraconjugale avec Mohammed Harouf, un résident de la ville de Shechem contrôlée par l’AP. Selon les enquêteurs, Michal Halimi s’était rendue à plusieurs reprises au domicile d’Harouf à Shechem. Sur leurs comptes Facebook, les deux avaient partagé des photos et avaient déclaré leur intention de se fiancer. Certains proches de la victime ont affirmé qu’Harouf aurait assassiné Michal quand celle-ci a exprimé son désir de retourner vers son mari.

.

.

Mais en août 2017, Harouf a nié avoir été impliqué dans une relation amoureuse  avec Halimi et a prétendu qu’il avait tenté de la kidnapper dans le but d’obtenir la libération de terroristes emprisonnés en Israël. Après l’audience, il avait même  répondu a une journaliste « qu’il voulait assassiner des Juifs en précisant qu’une juive ne suffisait pas » et ajoutant qu’il voulait « tuer tous les Juifs ».

Mohammad Harouf, un résident palestinien de Naplouse, à la Cour du magistrat de Jérusalem pour le 2 août 2017. Photo de Yonatan Sindel / Flash90

Mohammad Harouf à la Cour  de Jérusalem (sans la barbe) le 2 août 2017. Photo de Yonatan Sindel / Flash90

Hier Dimanche, Harouf a été reconnu coupable d’assassinat nationaliste suite à la signature d’un accord de négociation de plaidoyer dans lequel la défense a accepté la demande de l’accusation de condamnation à la prison à perpétuité mais a refusé l’amende de 258 000 shekels en dommages et intérêts.

Les parents de la victime ont salué l’accord de plaidoyer. Gita, la mère de Michal a décrié que sa fille mariée avait eu une relation amoureuse avec son tueur. «Nous connaissions notre fille depuis 30 ans, nous l’avons élevée et nous savions qu’elle était incapable de faire des choses  pareilles, elle était enceinte et heureuse. Nous, ses parents, ne savions rien d’autre que le fait qu’elle était très stressée et menacé dans ses derniers jours « . Aharon Halimi, le mari de Michal, a fait la même déclaration immédiatement après le meurtre. « Notre relation était constante et normale, je l’ai signalée disparue en mai, le meurtre est évidement nationaliste, pas romantique », a-t-il déclaré. « Elle était enceinte quand elle a disparu….notre relation était très bonne et nous attendions ce bébé» » a ajouté son mari.

Tel-Avivre- 

Print Friendly

4 Responses to Meurtre de Michal Halimi: crime passionnel ou attentat nationaliste ou les deux?

  1. Sale racaille. J’espere qu’en prison ils vont te faire la peau. Sous merde!

  2. Pingback: Meurtre de Michal Halimi: crime passionnel ou attentat nationaliste ou les deux? | Coolamnews

  3. Massacrer sa compagne n’est pas un « crime passionnel » mais un crime de haine misogyne, associé ici à la haine antijuive.

  4. Crime nationaliste : cela lui permettra de toucher une  » pension de guerre  » de la part d’abbas.
    Nier la relation sexuelle de Michal et de son assassin c’est préserver l’image
    d’honnêteté de cette jeune femme mais c’est faire passer les policiers israéliens pour des imbéciles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *