L’artiste israélien Boaz Arad retrouvé mort à son domicile de Tel Aviv après des accusations de relations avec ses élèves mineures par le site internet Mako

L’artiste israélien Boaz Arad âgé de 62 ans a été retrouvé mort dans la matinée de vendredi à son domicile de Tel Aviv, après la publication par le site internet Mako d’un témoignage d’une ancienne de ses étudiantes qui raconte avoir eu une relation pendant quatre ans avec lui alors qu’elle était âgée de 16 ans…

Boaz Arad (Capture d'écran YouTube)

Boaz Arad (Capture d’écran YouTube)

Boaz Arad était artiste  et  enseignant. Il menait de front une carrière artistique au cours de laquelle il a produit de nombreuses expositions sur la vidéo, la sculpture, la peinture, le dessin et la photographie à Tel Aviv ainsi qu’une activité d’enseignant dans plusieurs établissements dont le lycée des arts Thelma-Yellin, à Givatayim  entre 1983 et 2006. Agé de 62 ans, il a été retrouvé mort dans sa maison de Tel Aviv, vendredi dernier, après la publication d’une enquête  par le site d’informations Mako sur des relations sexuelles qu’il aurait eues avec ses élèves mineures.  La veille de la publication de l’article, l’enseignant a nié toute relation sexuelle avec des mineures et a affirmé que ces relations n’auraient débuté qu’après. Mako a établi l’existence de relations avec trois autres mineures et a notamment révélé le témoignage anonyme d’une jeune femme  qui aurait eu une relation soutenue avec l’artiste pendant quatre ans, commencée alors qu’elle n’avait que 16 ans. Selon elle, il aurait aussi séduit d’autres étudiantes. « Nous l’adorions toutes, il était comme un Dieu », a-t-elle expliqué.

Boaz Arad aurait supplié la journaliste Yana Pevzner Bashan de ne pas publier l’enquête et aurait même menacé de se suicider au cas ou le journal publierait les accusations. « Je ne pourrais plus regarder ma mère dans les yeux si vous publiez ce témoignage », aurait-il dit a la journaliste.

Le directeur de la publication du site Mako, Uri Rosen, a écrit un article Pourquoi avons-nous publié l’enquête? 

« Nous partageons le chagrin de la famille d’Arad en ce moment difficile, le suicide de Boaz Arad est une tragédie. Boaz était un grand artiste et un enseignant formidable mais la tragédie humaine ne change pas les faits que nous avons révélés hier sur les chapitres obscurs de sa vie. Même avant notre conversation avec Arad, et avant de prendre la décision finale de publier cet article, nous nous sommes interrogés sans relâche et avons vérifié les faits et les termes employés. Nous voulions nous assurer de la précision de nos accusations  dans l’intérêt du public. En tant que journalistes, notre mission exige parfois que nous publiions des faits compromettants sur des personnes ou des institutions mais nous prenons nos responsabilités très au sérieux car des gens peuvent être blessés, et même si les accusations dirigées contre eux sont graves, ils méritent des égards mais un journaliste qui est conscient de la gravités des actes commis et qui choisit de ne pas publier l’information est un pécheur envers la vérité, un pécheur envers la profession de journaliste et, par-dessus tout, un pécheur envers les victimes ».

Tel-Avivre –

 

 

 

Print Friendly

3 Responses to L’artiste israélien Boaz Arad retrouvé mort à son domicile de Tel Aviv après des accusations de relations avec ses élèves mineures par le site internet Mako

  1. Et de temps à autre, ils examinent leurs propre vies et leurs propres déviances ces chacals, hyènes, urubus, dont les 50% ne vivent que de la pourriture et la merde qu’ils soulèvent.
    Plus ça puent, plus on gagne, voilà leur devise !
    Comment ? Mais non, nous sommes charognards au nom de la morale, pour purifier le Monde….. A vomir

  2. Pingback: L’artiste israélien Boaz Arad retrouvé mort à son domicile de Tel Aviv après des accusations de relations avec ses élèves mineures par le site internet Mako | Coolamnews

  3. si ça ne leur rapportait pas autant de fric ces journaleux merdiques ne remueraient pas la merde comme ils le font. Ils menent au suicide un homme pour des relations avec des mineures? soit, c’est pas joli, mais les demoiselles n’ont pas été violées que je sache et on fait perdurer ces relations des années, au delà de leur majorité.
    C’est plutôt les mariages forcés de gamines de 9 ans avec des vieux puants et impuissants arabes qu’il faudrait dénoncer. Mais ça ne rapporterait rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *