Ce matin, le gouvernement israélien s’est engagé devant la Cour Supreme à proposer un amendement de la loi d’adoption d’ici mi-2018, un changement radical qui donnerait le droit à tous les couples d’adopter, quelle que soit leur orientation sexuelle.

MK Amir Peretz assiste à une manifestation à l'appui du droit des couples LGBT d'adopter des enfants, près de la maison du ministre israélien de la Justice, Ayelet Shakeds, à Tel-Aviv. 21 juillet 2017. Photo de Tomer Neuberg / FLASH90
Le depute Amir Peretz assiste à une manifestation pour le droit des couples LGBT d’adopter des enfants, près de la maison de la ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, à Tel-Aviv. 21 juillet 2017. Photo de Tomer Neuberg / FLASH90

Cette promesse a été faite par Yonathan Berman, le représentant de l’État, en audience dimanche matin devant  la Haute Cour de Justice et en réponse à une requête soumise par des familles LGBT membres du Centre réformiste et religieux de l’association « Pères fiers » pour protester contre la discrimination en matière d’adoption.

« Le tribunal a reconnu le bien fondé de la pétition à propos d’un changement fondamental dans la politique d’adoption en Israël, et à partir de maintenant, les familles du même sexe pourront adopter des enfants comme les autres », a déclaré l’avocate Ricki Shapira Rosenberg, représentante du Centre de réforme. La ministre de la Justice Ayelet Shaked se serait engagée à soumettre le projet de loi au plus vite.

La question de l’adoption suscite une large controverse dans l’opinion publique israélienne. Cet été, l’État s’était déclaré contre l’adoption pour les couples de même sexe  au prétexte que cela pourrait nuire aux enfants eux-mêmes.

L’Association israélienne de psychologie s’était opposée à l’État concernant les dommages éventuels infligés aux enfants dans les familles de même sexe par ce type de déclaration : «Élever des enfants dans les familles LGBT n’affecte pas négativement la santé mentale des enfants, ni ne nui à leur développement psychologique ou émotionnel…..cette affirmation est acceptée par plusieurs associations psychologiques dans le monde. La notion parentalité la plus largement accepté est mesurée par la capacité de fournir un amour inconditionnel, une stabilité émotionnelle, une discipline et une sécurité pour l’enfant. Il est donc nécessaire de continuer à examiner la question de ceux qui cherchent à adopter un enfant en  omettant toute référence contraignante au genre ou à l’orientation sexuelle, etc….« .

Print Friendly, PDF & Email

6 COMMENTS

  1. et pourquoi pas faire adopter un enfant par un porc ou un éléphant, ils sont capables de donner autant d’amour à leurs petits, d’un père normalement constitué ?
    Dois-je dire qu’Israël devient un pays poubelle comme la France, ou l’Europe en général ?
    Où est l’éthique dans tout cela ?
    Un enfant n’a pas besoin d’un papa et d’une maman ? d’un couple normal quoi ?
    La dérive morale est comme toujours dictée par les gauchos sans foi, ni loi divine.

  2. Je suis d’accord avec Le Sioniste pour toujours.
    S’il est un pays à qui j’aurais fait confiance pour ne pas sombrer dans de telles dérives, c’est bien Israel. Et pourtant !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here