Les travailleurs de Haifa Chemicals protestent contre la fermeture de l’usine

Le groupe Haifa Chemicals a licencié 800 salariés en Israël en fermant son réservoir d’ammoniaque, jugé comme un trop grand risque industriel couplé à un risque potentiel d’attaque par le Hezbollah, a annoncé hier mercredi, Jules trump, le  patron de l’usine. Les travailleurs, en signe de protestation, font le siège de l’usine, allument des feux et bloquent des routes…

Les travailleurs de Haifa Chemicals protestent à Haïfa le 2 août 2017. Des travailleurs ont été laissés aller après un compromis pour que les opérations continuelles de l'entreprise n'étaient pas atteintes. Photo de Basel Awidat / FLASH90

Manifestation des travailleurs de Haifa Chemicals à Haïfa le 2 août 2017. Photo de Basel Awidat / FLASH90

Le patron de Haifa Chemicals, Jules Trump (sans aucun lien avec Donald) a annoncé mercredi sur la radio militaire israélienne que le groupe était contraint de licencier 800 salariés. Jules Trump a également  écrit au Premier Ministre Benjamin Netanyahou : « Malgré les efforts considérables que nous avons déployés, nous ne serons pas en mesure de maintenir l’activité de notre entreprise en Israël ». La Cour suprême israélienne a confirmé la fermeture du réservoir de 12.000 tonnes d’ammoniaque situé à Haïfa et a donné jusqu’au 18 septembre pour le vider totalement.

Les travailleurs ont bloqué les routes, enflammé des pneus  et ont promis de continuer à manifester jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. C’est principalement Ze’ev Elkin, le ministre de la Protection de l’environnement qu’ils considèrent  comme responsable de la situation.

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah  avait menacé en 2016 d’une attaque de missiles contre le réservoir et des experts avaient affirmé que des « dizaines de milliers de civils » pouvaient être tués en cas d’explosion.

Haifa Chemicals possède deux usines, une dans la baie de Haïfa et l’autre près de Arad, dans le sud. C’est environ 1500 personnes qui devraient perdre leur emploi dans les prochaines semaines.

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *