Quand le New York Times offre une tribune au terrorisme…

Dimanche dernier, Marwan Barghouthi a signé un éditorial  dans le New York Times dans lequel le terroriste du Fatah, accuse Israël de maltraiter les prisonniers palestiniens et dans lequel il explique pourquoi il appelle à une grève de la faim massive des prisonniers palestiniens.

Marwan Barghouti, 43, (R), general secretary of Palestinian [President Yasser Arafat's Fatah ] movement in the West Bank, speaks to the press as his attourney Jamal Bulous (L) tries to stop him at Tel Aviv's city court on August 14, 2002. Shouting in Hebrew, "the Intifada will win", Marwan Barghouti entered the Israeli court on Wednesday to face murder charges in Israel's first civilian trial of a popular leader of Palestinian uprising. - RTXLG9J

Marwan Barghouti

Dimanche, le New York Times a donné une tribune libre à un terroriste sans expliquer que celui-ci avait planifié et exécuté de sang froid des  juifs simplement parce qu’ils étaient Juifs.  Barghouthi était le chef de la branche armée du Fatah, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, il a été condamné en 2004 à la prison à vie pour sa participation à des attentats terroristes qui ont coûté la vie à de nombreux civils israéliens.

Barghouthi, dans son article, appelle les prisonniers palestiniens détenus en Israël à faire une grève de la faim en affirmant en autres que les tribunaux israéliens ne sont que des «instruments de l’occupation militaire et coloniale» qui n’appliquent pas  la justice d’un état démocratique. Dans l’article, Barghouthi accuse aussi Israël  de commettre de « graves infractions » aux conventions de Genève en commettant  « des traitements inhumains et dégradants sur les prisonniers ». Selon lui Israël serait aussi coupable  d’« apartheid judiciaire  en fournissant  une impunité  aux Israéliens qui commettent des crimes contre les Palestiniens ».

En outre l’article mentionne juste la peine de prison de Marwan Barghouthi en omettant d’évoquer  les accusations pour lesquelles le terroriste a été condamné sans expliquer non plus qu’il avait refusé d’être défendu  lors de son procès et qu’avait également refusé de reconnaître la compétence et la légitimité du tribunal israélien. Cerise sur le gateau, à la fin de l’article, le New York Times présente tout simplement le terroriste comme « un dirigeant et parlementaire palestinien » (plus c’est gros et plus ca passe).

A la suite de nombreuses critiques, plaintes et indignations, le journal a finalement publié lundi un article qui mentionne les condamnations et les meurtres et de Barghouthi  mais il n’en reste pas moins qu’en se faisant le porte-voix du terrorisme, un grand quotidien lui a, une fois de plus, donné une veritable légitimité.

Benjamin Netanyahou a déclaré hier soir en réaction à l’article du New York Times : « Si Barghouti est un leader alors Assad est un pédiatre» en ajoutant : « Ce sont tous les deux des meurtriers et des terroristes ».

Un millier prisonniers associés au Fatah ont pris part à la grève contre la faim et les autorités israéliennes ont transféré Barghouti vers une nouvelle prison, où il sera placé en isolement.

Tel-Avivre – la rédaction –

Print Friendly

7 Responses to Quand le New York Times offre une tribune au terrorisme…

  1. quand il n’y en a pas, y en a encore -des accusations contre Israël
    mais le NY est un journal pourri à la solde d’Obama et de sa clique islamiste et antisémite

  2. Incompréhensible ! Comment ce salopard qui est dans une prison israélienne peut-il faire passer un article pour le New-York Times ?
    Le gouvernement israélien n’est pas à la hauteur et rien que ce laxisme devrait démontrer aux Américains que les prisons d’Israël sont loin d’être Guantanamo ou devrait se trouver bargouthi.

    • Comment le premier ministre trouve le temps de commenter un article aussi minable est plus qu’inacceptable lorsqu’on dirige un gouvernement.

  3. Le New-York Times n’a qu’un seul défaut , je ne peux pas le découper en petits morceaux pour m’essuyer le derrière car le papier est déjà de la merde !!!!!!

  4. Pauvre N.Y Times !

    en arriver là pour faire du Fric !

    QUELLE EPOQUE

  5. Quand Gilad shalit est enfin sortir de l’enfer des ‘palestiniens’ il ne tenait pas debout tellement qu’il était affamé et avait été torturé, mais les prisonniers en Israël quand ils sortent pour refaire leur même saleté ils sont gros et gras . D’ailleurs on devrait les faire ‘jeûner’ ça nous couterait moins cher (même punition pour les prisons en France)
    plus on est gentils plus on se moque de nous !!!!

  6. Un journal indigne et des journalistes indignes. Du genre Haaretz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *