Le Prix Israël honore une femme professeur de droit de l’Université de Tel-Aviv

Le Prof. Nili Cohen, professeur en chaire à la Faculté de Droit de l’Université de Tel-Aviv, ancien recteur de l’Université et présidente de l’Académie israélienne des Sciences recevra le Prix Israël 2017 dans le domaine des études de droit « pour la vigueur de ses recherches, qui explorent et brisent les frontières de la pensée ».

profLe  Prof. Nili Cohen a fait toutes ses études, du premier au troisième cycle, à la Faculté de droit de l’Université de Tel-Aviv, dont elle a fait partie du personnel enseignant depuis la fin des années 70. Elle a formé de nombreuses générations d’étudiants et a plus d’une fois remporté le Prix du Recteur pour l’excellence de l’enseignement. Encore étudiante, elle a même été la rédactrice fondatrice de la principale publication juridique hébraïque de la Faculté, « Iyunei Mishpat » (« Théories du Droit »), qui est aussi l’une des plus importantes revues juridiques du pays.
Ses domaines d’expertise sont le droit des contrats, le droit des délits, l’enrichissement sans cause, et un nouveau champ qu’elle a créé: droit et littérature. La liste de ses publications dans ces domaines est immense. Entre les années 1994 et 1997, elle a été vice-recteur de l’Université de Tel-Aviv, puis recteur de l’université de 1997 à 2001. Elle est également à l’origine de la série de conférences du Club « Law & Book » de la Faculté.

Le Prof. Cohen est depuis 2004 membre de l’Académie israélienne des sciences, qu’elle préside depuis 2015, et où elle met son expérience et ses compétences au service de la recherche universitaire israélienne en général, y compris celle des études de droit.

Parmi les motifs du comité de sélection du Prix, on peut lire: « la vigueur des recherches menées par le Professeur Cohen est due en grande partie au fait qu’elle explore et brise les limites de la pensée. Sa riche écriture examine l’imbrication de la littérature et du droit, et explore les frontières entre le privé et le public et entre le droit et la morale ».

Source Les Amis de l’Universite de Tel Aviv

 

Print Friendly

2 Responses to Le Prix Israël honore une femme professeur de droit de l’Université de Tel-Aviv

  1. Le drainage d’un marais nécessite de déplacer le ciel et la terre: bloquer ou détourner le flux d’eau, remplir les points faibles et pomper l’eau restante. Ce n’est qu’à ce moment que vous enlèverez le terrain de reproduction pour les moustiques suceurs de sang et les maladies qu’ils propagent.

    Les parasites sont l’état profond et la maladie qu’ils propagent est la centralisation du pouvoir et la corruption et la dette qui en découlent, ainsi que le cynisme, l’apathie et l’ignorance parmi le public, tous les dangers pour une république autogérée de citoyens libres.
    La Réserve fédérale – le complexe financier international, le complexe militaro-industriel, l’énorme bureaucratie réglementaire, l’établissement academique, les organisations non gouvernementales financées par les contribuables et les médias sont tous des organes de l’état profond. Individuellement, ils semblent nécessaires (par exemple, ils ont besoin des banques, des forces armées, des écoles et de la liberté de la presse), mais ils sont dominés par des intérêts particuliers qui cherchent à s’enrichir et à s’élargir mais ne peuvent voir que la relation symbiotique avec leur hôte, Le peuple juif, tue lentement ce qui les soutient. Pour le stopper il est vital pour le premier ministre Israelien de demissionner
    Changer le flux d’eau signifie changer le flux d’argent et d’autorité etCela ne peut être réalisé que par des réformes constitutionnelles visant à ramener a un communaute Juif à l un des puissances énumérées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *