Mais pourquoi Mr Fillon de déclarer : « Je ne suis pas autiste » et ce, quatre fois en quelques minutes durant le journal de 20 heures du 6 mars dernier sur A2 ? Outre le fait qu’il semblait y mettre une connotation pour le moins terriblement désobligeante, voir offensante à l’égard des autistes en axant sa défense sur le déni d’être atteint de cette maladie, Mr Fillon, comme beaucoup de français d’ailleurs, a montré qu’il était en retard d’au moins 50 ans par rapport aux toutes nouvelles découvertes pour traiter cette maladie… En Israël !

autisme
le Dr Hanna Alonim

En Israël un centre spécialisé offre une approche thérapeutique entièrement nouvelle. En effet, c’est dans ce tout petit pays qu’a ouvert le centre Mifne, spécialisé dans le diagnostic et le traitement de l’autisme chez les jeunes enfants. Les travaux de recherches de sa fondatrice, le Dr Hanna Alonim, ont permis de réfuter de nombreux mythes liés à cette maladie et de développer une approche thérapeutique entièrement nouvelle. Il faut savoir que le Dr Alonim a commencé à travailler dans un service d’enfants censés être sourds.

C’est là, explique-t-elle, qu’elle découvrit que ces enfants n’étaient pas du tout sourds mais autistes. Ce sont des enfants qui intègrent les informations et réagissent au monde de manière différente. L’autisme est un trouble complexe du développement qui se caractérise par une interaction sociale déficiente, qui altère les capacités de reconnaissance des expressions, des codes sociaux et affectifs, qui génère une hypersensibilité émotionnelle et des troubles du comportement.

La première approche thérapeutique sérieuse de la maladie remonte à l’année 1943. IL était de bon ton à l’époque, (nonobstant le fait que cette date fasse frémir), de retirer l’enfant à sa famille ( ! ). Le Dr Alonim a toujours considéré, au contraire, qu’un enfant avec des problèmes de communication a d’autant plus besoin de sa famille. Par ailleurs, cette maladie ayant une influence sur tous ses membres, il est essentiel pour celle-ci de le comprendre et de nouer une relation avec lui. C’est ainsi que fut créé en 1987 le premier centre au monde à inclure la famille dans la thérapie !

A la suite du-dit journal de vingt heures, une autiste de répondre vertement aux déclarations de F. Fillon, vertement soit mais délibérément calme d’une manière parfaitement claire et nette : « * Le plus grave c’est que François Fillon n’est pas le seul à voir l’autisme comme une vilaine tare qu’il faudrait éradiquer. Qu’il réfléchisse un peu ! De la même façon qu’un chat n’est pas la version déficiente d’un chien, une personne autiste n’est pas la version déficiente d’une personne non autiste, elle est simplement autiste ! ».
(Bien vu : Chat et chien, deux entités qu’il ne viendrait à l’idée de personne de déclarer l’une intelligente et l’autre gravement handicapée.)
Revenons au Dr Alonim. Elle étudia le sujet de manière approfondie et fit des découvertes exceptionnelles. Ainsi elle développa un outil de diagnostic appelé « ESPASI Screening Scale » qui permet d’identifier la maladie dès la première année de vie de l’enfant. Car voilà qui est absolument essentiel. Et d’expliquer : « Si les parents constatent les symptômes dès la première année, le trouble du développement de l’enfant a de bien meilleures chances d’être soigné ce qui permet d’influencer le développement cérébral de l’enfant.

En effet, même si notre cerveau se développe et se modifie constamment, les deux premières années de notre vie déterminent notre personnalité et nos facultés d‘apprentissage. Jusqu’à 18 mois environ, de nouvelles chaînes neuronales peuvent se former plus facilement et les études ont montré que les chances de guérison chez les enfants d’un à deux ans sont de 88 pour cent alors qu’elles tombent à 36 pour cent chez les enfants de deux à trois ans. »

En Israël, environ un enfant sur 100 est diagnostiqué autiste. Aux Etats-Unis, le chiffre est d’un enfant sur 64. Souvent, le diagnostic est seulement posé quand l’enfant a atteint l’âge de 5 – 6 ans. (Trop tard !)…
Des dizaines d’années de recherche confirment son jugement. Plus l’enfant est dépisté tôt, meilleures sont ses chances d’avoir une vie « normale ». Le patient le plus jeune que le Dr Alonim ait jamais traité avait cinq mois. Aujourd’hui, c’est un adolescent actif et en pleine santé.

Tous les espoirs sont donc permis d’autant plus que depuis sa mise en service en 2011, ce Screening Scale est utilisé non seulement en Israël mais également aux Etats-Unis et en Europe. La France ne saurait être mise à l’écart…

Sources:http://israelentreleslignes.com/2017/03/centre-pour-lautisme-en-israel-le-diagnostic-precoce-est-vital/

*http://www.huffingtonpost.fr/julie-dachez/cher-francois-fillon-ce-que-des-milliers-d-autistes-et-moi-meme-voulons-te-dire-JT/?utm_hp_ref=fr-cest-la-vie

Print Friendly, PDF & Email

2 COMMENTS

  1. Vous savez Mr Sébastien qu’à Telavivre ils sont un tantinet gaucho et quand ils peuvent en rajouter ils en oublient les expressions françaises !!! Dommage

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here