Les israéliens ont du mal à se passer de leur voiture

Malgré les efforts du gouvernement pour inciter les Israéliens à utiliser les transports en commun, le kilométrage annuel continue d’augmenter. La fin de la voiture en Israël n’est pas pour demain ; l’Israélien est trop attaché à son confort personnel pour réduire l’usage de son véhicule particulier. La mise en exploitation d’un tramway à Jérusalem et la construction d’un réseau ferroviaire régional autour de Tel Aviv n’ont pas encore porté leurs fruits. En comparant 2015 à 2014, on observe que les voitures particulières des Israéliens ont roulé davantage alors que les transports en commun (bus et taxis) ont réduit leur kilométrage moyen.

Photo by Moshe Shai/FLASH90

Photo by Moshe Shai/FLASH90

55 MILLIARDS DE KILOMÈTRES EN 2015

En 2015, le nombre total de kilomètres parcourus par les véhicules motorisés en Israël a atteint les 55 milliards ; c’est encore 4,6% de plus qu’en 2014.

L’Institut de la Statistique à Jérusalem a aussi vérifié l’évolution de la densité automobile sur les routes du pays entre 2000 et 2015 ; en quinze ans, le kilométrage annuel total a augmenté de 50% et l’effectif des véhicules a progressé de 69%.

En revanche, la longueur du réseau routier en Israël n’a pas suivi : il a augmenté de 17% seulement entre 2000 et 2015. Autrement dit, le kilométrage effectué par les voitures a augmenté trois fois plus vite que la longueur du réseau routier israélien.

VOITURES NEUVES ET LEASING ROULENT DAVANTAGE

Le kilométrage annuel moyen d’un véhicule particulier poursuit sa hausse : en 2015, l’Israélien a roulé 16.300 kilomètres en moyenne, soit 1% de plus que l’année précédente.

Quels sont les véhicules qui roulent le plus, et quels sont ceux qui roulent le moins ? En fait, plusieurs facteurs vont déterminer le kilométrage d’une voiture particulière. D’abord, une voiture neuve roule davantage qu’un véhicule ancien : par exemple, une voiture qui a jusqu’à deux ans d’ancienneté roulera en moyenne 22.100 km par an contre 17.200 pour une voiture de 6 ans et 2.100 km seulement pour une voiture de 30 ans.

Ensuite, une voiture en leasing (formule de location avec option d’achat) a roulé 30.600 km en 2015, soit près de deux fois plus que la moyenne nationale. De même, une voiture de société (ou voiture de fonction) roule davantage qu’une voiture en propriété privée : 26.300 km en 2015.

TAXIS ET BUS ROULENT MOINS

Face à l’augmentation du kilométrage moyen d’une voiture individuelle, les transports en bus et taxis semblent se contracter. En 2015, un autobus israélien a roulé en moyenne 56.900 km, soit 0,5% de moins qu’en 2014.

Même baisse de circulation pour un taxi israélien : en 2015, il a roulé 75.100 km en moyenne, soit 1,3% de moins en un an.

Jacques Bendelac IsraelValley

Print Friendly

One Response to Les israéliens ont du mal à se passer de leur voiture

  1. Je suppose qu’il y a moins de risque de prendre une bombe dans sa voiture que dans un bus ou un tramway ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *