Claude-Jean Philippe, pseudonyme de Claude Nahon, né le 20 avril 1933 à Tanger a quitté la place ce 11 septembre 2016 à 83 ans. Mourir un 11 septembre, alors que tous les esprits sont tournés vers le souvenir de cet effroyable attentat pourrait être le symbole d’une partie importante du film de sa vie. En effet, comment ne pas faire le parallèle entre le fait de mourir un jour célébrissime, modestement comme il prenait modestement la relève télévisuelle du célébrissime Bernard Pivot…

cjp.

Et non, ce n’était pas facile pour ce fou de cinéma de faire le poids à des heures pas possibles face à une émission littéraire mythique, « Apostrophes », programmée en prime-time, une heure décente pour le travailleur lambda.
On a tous, téléspectateurs du siècle dernier, (de l’année 1971 à 1994), le souvenir de cet homme qui apparaissait à la fin de l’émission de Pivot, comme gêné d’être là, chez les grands avant que de prendre en mains son émission, retrouver sa verve et son enthousiasme contagieux.

Celui qui anima donc pendant 15 ans la case horaire cinéma, modeste, presque en s’excusant d’être encore là semaines après semaines avait été dans les années 50 présentateur du Ciné-club, le vendredi soir sur Antenne 2.
Il fut aussi un homme de radio et en particulier en 1976, lorsqu’il créa sur France Culture l’émission hebdomadaire « Le Cinéma des cinéastes ».

De retour sur la même antenne, en 2012, dans « A Voix nue », il raconta sa vie et son goût pour le cinéma.
C’est ainsi que l’on sut qu’il avait été l’auteur de nombreux documentaires, et à l’occasion, scénariste et même acteur.
Trois petits tours et puis s’en vont…

Merci à vous Monsieur Claude-JeanPhilippe, de nous avoir offert la possibilité de voir en pyjama et bonnet de nuit, autant de films que nous ne serions peut-être pas allés voir dans les salles obscures…

Print Friendly, PDF & Email

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here