Célébré ce dimanche, Chavouot est aussi appelé la “fête de la moisson” ou “fête des prémices” : l’occasion d’un bilan de l’agriculture israélienne.

En 2015, la valeur de la production agricole d’Israël a reculé de 2,1% ; la production végétale a perdu 6% de sa valeur alors que la production animale a vu sa valeur augmenter de 4%. C’est ce qui ressort des chiffres disponibles sur l’agriculture israélienne qui viennent d’être publiés par l’Institut de la Statistique pour l’année 2015.

Farmers seen working in the blossoming flowers fields in Elah Valley. March 01, 2016. Photo by Yaakov Lederman/FLASH90 *** Local Caption *** ??? ???? ??? ??????
Photo by Yaakov Lederman/FLASH90

1 % DU PIB

En 2015, Israël a réalisé une production agricole pour une valeur de 29,5 milliards de shekels (7 milliards d’euros). La composition de la production reste sans changement depuis plusieurs années : 58% de productions végétales (17,2 milliards de shekels) et 42% de productions animales (12,3 milliards de shekels).

La production végétale d’Israël est principalement constituée de légumes, pommes de terre, fruits, primeurs et cultures des champs (céréales notamment). Du côté de la production animale, Israël est spécialisé dans l’élevage de volailles, mais aussi d’ovins et bovins.

Le poids de l’agriculture dans l’économie israélienne poursuit sa baisse inéluctable : l’an passé, l’agriculture israélienne contribuait pour seulement 1% au PIB du pays.

LAIT ET MIEL EN BAISSE

Symboles de la fête de Chavouot, le lait et le miel ont aussi vu leurs productions reculer en 2015.

La production de lait a totalisé 1,43 milliard de litres, soit une baisse de 4,9% par rapport à 2014. La production moyenne d’une vache israélienne a été de 11.772 kilos de lait en 2015, un recul de 2,6% en un an.

En 2015, la production de miel s’est élevée à 3.000 tonnes, soit une baisse de 6,2% en un an. La baisse continue de la production de miel durant les deux dernières années est attribuée à une météo défavorable. Pour satisfaire à la demande locale, Israël a importé de l’étranger 1.100 tonnes de miel en 2015, contre 900 tonnes en 2014.

ANNÉE DE SHMITA

L’an passé fut une année de Shmita en Israël ; selon la Torah, la Shmita (rémission) est une année sabbatique pour l’agriculture : tous les sept ans, les agriculteurs juifs doivent observer une année de jachère. Les terres doivent se reposer comme les humains doivent le faire le septième jour de la semaine ainsi que l’indique Dieu à Moïse : « Mais la septième année sera un sabbat, un temps de repos pour la terre, un sabbat en l’honneur de l’Éternel : tu n’ensemenceras point ton champ, et tu ne tailleras point ta vigne ».

En raison principalement de la Shmita, la production végétale d’Israël a reculé de 5,7%. De fortes baisses ont été enregistrées dans la production de tomates (- 27%), et de cerises (- 10%). Les nouvelles plantations de vignes ont baissé de 58% et celles d’oliviers de 50%.

La Shmita explique aussi une partie de la baisse des exportations agricoles d’Israël : les quantités exportées en 2015 ont baissé de 11,5%, notamment les poivrons (- 28%), les pommes de terre (- 17%), les mangues (- 15%), etc.

Jacques Bendelac copyright IsraelValley

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here