Un enseignant a été agressé au cutter et aux ciseaux ce lundi matin, peu après 7 heures, à l’école maternelle publique Jean Perrin d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), indique le parquet de Bobigny confirmant une information de TF1. L’enseignant a été hospitalisé à Lariboisière (Paris) pour des blessures à l’abdomen et à la gorge mais son pronostic vital ne serait pas engagé. Le suspect, activement recherché, aurait invoqué Daech lors de cette agression. Le parquet antiterroriste est chargé de l’enquête.

Selon nos informations, l’agresseur, cagoulé et ganté, portait des chaussures militaires de type rangers et une combinaison blanche de type peintre, lorsqu’il est entré dans l’établissement scolaire. Il s’en est pris à l’enseignant qui préparait seul sa classe entre 7h15 et 7h45. Il l’aurait frappé avec un objet tranchant au niveau de la gorge et de l’abdomen. Aucun enfant n’était présents dans la classe à ce moment. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’agresseur est arrivé sans arme et s’est saisi d’un cutter et d’une paire de ciseaux qui se trouvaient dans la salle de classe pour blesser l’enseignant.

voiture-police«C’est pour Daech» a déclaré l’agresseur

Avant de prendre la fuite, à pied, l’agresseur aurait déclaré : «C’est pour Daech, c’est un avertissement, ce n’est que le début». Daech, acronyme arabe de l’organisation Etat islamique, a revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, les plus sanglants jamais commis en France avec 130 morts et des centaines de blessés.

Cet échange, très bref, a été rapporté par un témoin travaillant à l’intérieur de l’école. L’enseignant âgé de 45 ans, hospitalisé, n’a pas encore pu être entendu par les enquêteurs.

Sur place, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education nationale, a qualifié l’agression «d’acte d’une grande gravité, inadmissible». Elle a évoqué un renforcement des mesures de sécurité à la suite de cette agression : «Nous allons continuer, avec le ministère de l’Intérieur, à renforcer les mesures de sécurité, dans un contexte où, oui, l’école se sent menacée».

La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem indique que le gouvernement va renforcer la sécurité des écoles.

Bien que les sources policières se montrent prudentes sur l’hypothèse islamiste, dans le contexte de menace toujours très élevée en France, la section antiterroriste du parquet de Paris s’est aussitôt saisie de l’enquête ouverte pour tentative d’assassinat sur un enseignant en relation avec une entreprise terroriste, selon des sources judiciaires. L’enquête a été confiée à la section antiterroriste de la Brigade criminelle de la police judiciaire parisienne.

Depuis la mi-novembre et les derniers attentats, la sécurité des écoles a été renforcée: interdiction de s’attrouper et, pour l’Ile-de-France, de se garer devant un établissement scolaire, renforcement des patrouilles aux abords des établissements, remise à jour des plans particuliers de mise en sécurité (PPMS, propres à chaque école).

Un plan des lieux détaillé doit être transmis à la préfecture et chaque établissement doit veiller à ce que «la mallette plombée», qui contient notamment un talkie-walkie, une torche électrique, des biscuits de survie, soit en bon état.

Le 18 novembre dernier, un professeur d’histoire d’une école juive dans le 13e arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône) avait été blessé à coups de couteau par trois hommes qui ont proféré des propos antisémites. «Ce professeur a été accosté dans la rue par trois individus montés sur deux scooters vers 19h50, avait déclaré au moment des faits le procureur Brice Robin. L’un d’entre eux a exhibé un t-shirt de Daech et un autre a montré une photo de Mohamed Merah sur un téléphone portable. Les trois individus ont insulté, menacé puis poignardé leur victime au bras et à la jambe. Ils ont été dérangés par l’arrivée d’une voiture et ont pris la fuite.»

Daech a appelé à frapper les personnels de l’éducation nationale comme en témoigne le dernier numéro de son magazine en Français, «Dar Al Islam», avec une couverture sur «La France à Genoux». Dans un long «article» dénonçant l’éducation en France ils incitent leurs lecteurs à commettre des actes contre ces fonctionnaires.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here