Natalie Portman est en Israël pour son nouveau film «A Tale of Love and Darkness»

Natalie Portman  est née à Jérusalem, elle est devenue une star hollywoodienne internationale et vit aujourdhui à Paris avec son compagnon. Jeudi soir, elle était présente  à Jérusalem pour la première de son nouveau film  «A Tale of Love and Darkness» (Une histoire d’amour et de ténèbres), basée sur le best-seller autobiographique du romancier israelien Amos Oz.

.

Actrice de Hollywood et directeur Natalie Portman et ancien président israélien Shimon Peres, vu à la première du film de Portman «une histoire d'amour et de ténèbres, 'à la salle de cinéma Cinema City à Jérusalem le 3 Septembre, 2015. Portman dirigé et joué dans le film qui est basé sur le roman de l'écrivain israélien Amos Oz, et a été partiellement filmé dans le quartier Nachlaot de Jérusalem, l'hiver dernier. Portman est une actrice juive basée aux Etats-Unis, actuellement en visite en Israël pour la sortie de son film. Photo par Hadas Parush / Flash90.

Natalie Portman en compagnie de l’ancien président israélien Shimon Peres, à la première du film  à Jérusalem le 3 Septembre, 2015. Natalie Portman a dirigé et a joué dans le film  basé sur le roman de l’écrivain israélien Amos Oz, et partiellement filmé dans le quartier Nachlaot de Jérusalem, l’hiver dernier. Photo par Hadas Parush / Flash90.

Natalie Portman a donc fait le déplacement en Israël avec ses parents pour assister à la première de son premier film en tant que réalisateur au complexe Cinéma City de Jérusalem. L’ancien président Shimon Peres et le maire de Jérusalem, Nir Barkats étaient également présents à la première du film. Amos Oz n’a pas pu y assister pour des raisons de santé, mais sa femme le représentait.

Photo by Hadas Parush/Flash90.

Photo by Hadas Parush/Flash90.

Shimon Peres, l’ami d’Amos Oz a rencontré Natalie Portman dans les coulisses et les deux ont échangé des sourires, des compliments et même des câlins.

Photo by Hadas Parush/Flash90.

Photo by Hadas Parush/Flash90.

Photo by Hadas Parush/Flash90.

Photo by Hadas Parush/Flash90.

Natalie Portman a tourné le film en hébreu et c’est aussi dans sa langue maternelle qu’elle s’est évidement adressée à Shimon Peres.

A la question de Peres : « Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce film?

Natalie Portman a répondu dans un hébreu courant: « Amos Oz est un homme étonnant, une personnalité charmante, et comme vous, il nous rappelle que nous devons toujours espérer devenir quelqu’un de meilleur, un juif meilleur ».

Natalie Portman a eu du mal à cacher ses émotions et lors de son discours, sa voix tremblait, elle a même versé quelques larmes. « Les rêves peuvent parfois être décevant mais nous devons nous y tenir et ne pas les laisser s’échapper », a déclaré l’actrice qui d’ailleurs a aussi été interviewée par un journaliste de Yediot Harahonot qui lui a demandé pourquoi elle avait été aussi virulente envers le premier ministre Benjamin Netanyahou en mai dernier lorsqu’elle avait déclaré :  » Je suis contre Netanyahu. Je suis très, très en colère et déçu qu’il ait été réélu. Je trouve ses propos horriblement racistes ».

Natalie Portman a répondu d’un trait :  » L’Etat d’Israël est à un carrefour de son histoire, il a besoin d’être reconnu comme un Etat démocratique et juif. Nous qui avons une histoire terriblement marquée par l’antisémitisme, devons comprendre les dangers du racisme et devons en conséquence, faire attention à la façon dont nous traitons les minorités. Les commentaires de M. Netanyahu juste avant l’élection n’étaient pas dans l’esprit juif de l’égalité, du respect mutuel et de la paix, c’est à dire des valeurs que je souhaite pour mon pays, et à travers lesquelles je voudrais qu’il soit perçu. C’est la raison pour laquelle j’étais déçue de son élection »

Le roman autobiographique de Amos Oz a été traduit en 30 langues, et est devenu l’une des meilleurs vente des romans de fiction en Israël. Il a  même été traduit en arabe et publié au Liban. Le pitch du roman et du film tourne autour des souvenirs d’enfance d’Amos Oz, qui vivait orphelin à Jérusalem pendant le mandat britannique.

par Alexandra Mathiot pour Tel-Avivre –

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *