En 1997, les frères Cyrus et Ibrahim Karamani ainsi que Norallah Rabizadeh ont été assassinés alors qu’ils essayaient de fuir Téhéran pour se rendre en Israël. Ils étaient censés rencontrer un passeur pour traverser la frontière. Ils ne se sont jamais présentés au point de rendez-vous et personne n’a su ce qu’il était advenu d’eux jusqu’à ce jour.

Une affaire similaire concernant huit juifs iraniens avait déjà défrayé la chronique en 1994 et le Mossad n’avait rendu public leur mort que l’année dernière. L’annonce du Mossad concernant les trois iraniens disparus en 1997 intervient donc un an après la reconnaissance de la mort des huit autres iraniens.

synagugue iranMême si il est pratiquement certains que l’État iranien soit lié à ces assassinats, l’auteur de ces meurtres et leur date exacte reste indéterminée. Le Cabinet du Premier Ministre affirme néanmoins que les sources sont des “sources fiables”.

Par la reconnaissance officielle de la mort de ces juifs, le tribunal rabbinique israélien a pu constater que leurs épouses étaient effectivement veuves et pouvaient donc se remarier. En effet, dans la loi juive, il n’est pas possible de se remarier, tant que la mort du conjoint n’a pas été confirmée.
À l’époque, les familles des victimes avaient exprimé leur colère, en reprochant au gouvernement d’avoir gardé des informations qui aurait révélé son rôle dans la disparition des victimes et qui aurait permis aux femmes des victimes de se remarier.

Yoel Ram, le fils d’une des victimes avait déclaré que seule la pression des familles sur le gouvernement avait permis de révéler des informations sur la disparition des proches disparus.

Par G.C

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. SI LES JUIF ISRAÉLIEN OU IRANIEN MORT CE NE PAS IMPORTANT PUISQUE ILYA DES MILLIARD, EN JEUX AVEC L’IRAN, ET ISRAËL , PÉTROLE URANIUMS ETC…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here