Ce mardi, le Conseil Régional de Judée-Samarie a publiquement mis en cause  la légitimité de Benjamin Netanyahu en tant que Premier Ministre, après ses prétendues remarques lors d’une réunion en huis clos, où il aurait fait une allusion sur la possibilité d’un gel des constructions. Le Likud nie les propos.

implantations


“Un gouvernement qui ne construit pas en Judée-Samarie perd sont droit d’exister »: une déclaration pour le moins virulente que le Conseil de Yesha a immédiatement publié. Le Likoud aurait nié les allégations du chef de l’Etat en déclarant  : “Le Premier ministre n’a pas dit qu’il souhaitait stopper les constructions en Judée-Samarie mais il a seulement annoncé qu’il voulait développer les implantations  de manière responsable au regard des difficultés internationales”.

“J’était présent à une réunion à laquelle le Premier Ministre a affirmé son intention de mettre fin au développement des implantations” a lancé  Yochai Damari, le président du Conseil régional de Har Hebron. “empêcher d’arroser une plante revient à la déraciner ” a-t-il poursuivit. Lors de  cette réunion, les tours Drinof à Beit El qui ont fait l’objet d’une une décision récente de la Haute Cour de Justice auraient été évoquées, ces tours ont été construites illégalement sur des territoires  palestiniens et elles devront être rasées à la fin du mois.

Si les allégations de Benjamin Netanyahou sont avérées alors une violente réaction du responsable du parti de Bayit Yehudi,  Naftali Bennet. Bennet sont à craindre, ce dernier a d’ailleurs déposé une série demandes à ce sujet sur le bureau du Premier Ministre, à la suite de la récente vague de terreur.

Traduit et adapté de Ynet par Gabrielle Cahn pour Tel-Avivre

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. Il n y a jamais a aucun epoque d’arret de construction par Israel 1 leader a deroge a la regle d’empecher l’expansion d’Israel ce leader est le roi pipi nothinyahou durant ces investit de 1 er ministre d Israel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here