L’Unité d’Urgence de l’Autorité des Antiquités (AAI) a réussi à sauver de la tempête en mer une amphore de 1,5m de haut et 1,5m de diamètre, en calcaire, datant de l’époque byzantine (4/6ème s), près du site Yavne-Yam. Elle devait recueillir de l’huile ou des parfums.

Selon la même Autorité, Pr Guy Bar-Oz, avec Dr Lior Weisbrod-Zinman de l’Université de Haifa, en coopération de Pr Tali Erickson-Gini de l’AAI, ont découvert dans le Négev des grains de raisin datant du 5ème s. et montrant que la région produisait à cette époque les vins les plus fins appelés « Vins du Négev ».

Selon Amir Ganor, archéologue de la même Autorité, de nouvelles découvertes démontrent qu’un centre administratif égyptien existait dans la région il y a 3400 ans: même après leur départ d’Egypte, la culture égyptienne avait une influence sur les Hébreux. Des vestiges de cette civilisation ont été découverts dans une grotte en partie pillée de la région de Tel Halif. La plupart des objets trouvés datent de la fin de l’âge du bronze et de l’âge du fer: 300 morceaux de poterie, des dizaines de bijoux en bronze, coquillage et faïence, des sceaux…..


amir ganor


Amir Ganor:  » Nous avons trouvé des dizaines d’objets en pierre, dont certains ont la forme d’un scarabée ailé, symbole et image typique de la culture égyptienne qui a prévalu dans le pays à l’âge du Bronze final. Certaines de ces pièces sont en pierre semi-précieuse provenant de la péninsule du Sinaï »

Dr Daphna Ben-Tor, conservatrice du département d’archéologie égyptienne au Musée d’Israël a déclaré: « La plupart des scarabées trouvés dans la grotte datent du 14ème s. avant notre ère. A cette période, Canaan était gouverné par l’Egypte. Le nom de rois apparait sur certains bijoux. Nous pouvons identifier ainsi le nom du pharaon Thoutmosis qui régna entre 1504 et 1450 avant notre ère. Un scarabée porte le nom d’Amenhotep qui régna entre 1386 et 1349 avant notre ère. Un autre scarabée représente Ptah, le dieu principal de la ville de Memphis « .

Rehov Hamasger à Tel Aviv, l’équipe de Diego Barkan de l’AAI a découvert des fragments de cuvettes en poterie renforcée de paille et utilisée il y a 5000 ans pour fabriquer de la bière…, une mixture d’orge partiellement brassée et fermentant au soleil. On a découvert également un poignard en cuivre et un outil en silex datant du chalcolithique (6000 ans)

Lors de la fouille de la grotte de Manot, dans le nord-ouest de la Galilée, la découverte d’une partie de crâne datant de 55.000 ans avant notre ère, apporte un éclairage nouveau sur la migration des « hommes anatomiquement modernes », en dehors d’Afrique, à une époque où les hommes de Néanderthal étaient également présents dans la région du Moyen Orient. Selon le chercheur Israel Hershkovitz et ses collègues, ceci suggère que l’Homme de Manot pourrait être relié de près aux premiers hommes modernes qui ont par la suite colonisé avec succès l’Europe.
Des preuves de deux autres peuplements de l’époque paléolithique ont été confirmées: des crânes sur les sites de Skhul et de Qafzeh témoignent d’une première dispersion d’hommes anatomiquement modernes entre 120 000 et 90 000 ans avant notre ère, tandis que des fossiles néanderthaliens on été trouvés dans les sites d’Amoud et de Kebara.

Plus de 100 « sites de culte » contenant des sculptures sexuelles, des tombes et des figures d’homme, remontant à environ 8 000 ans, ont été trouvés dans les montagnes près d’Eilat. Expert en archéologie du désert, au Centre Arava pour la mer Morte, Uzi Avner, qui a dirigé l’équipe ayant découvert les sites, a expliqué qu’une interprétation des objets évoque deux aspects symboliques : la fertilité et la mort. La fertilité est représentée par des pierres pourvues d’une perforation allongée en forme de vulve et par la combinaison de cellules allongées et de cercles. La mort est représentée par l’enterrement d’objets en pierre, posés à l’envers.

Kobi Sharvit, directeur de l’Unité d’Archéologie Marine de l’AAI, a expertisé un trésor sous-marin découvert par des plongeurs, au large du port de Césarée, dans le Parc National: 2000 pièces d’or bien conservées, d’un dinar, demi-dinar, quart-dinar, datant du 11ème s. Selon lui, ce trésor proviendrait d’un naufrage d’un bateau officiel (trésor national) ou d’un bateau marchand partant pour l’Egypte. Le trésor appartiendrait au calife fatimide Al Hakim et à son fils (996/1036)

par Albert Soued – Tsedek Info – Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here