Comme de coutume, chaque année au printemps « Ils » se sont réunis aux alentours de BeitShemesh…Mais pour combien de temps encore ? Combien de fois encore, le jour de la célébration de la Shoah pourront-ils répondre présent et se retrouver dans cette forêt qui leur est dédiée ?

 

 

roglit1.

Qui sont ces « Ils » ?

« Ils »… Ce sont quelques très vieilles personnes qui ont eu la « chance » d’échapper au massacre perpétré à l’encontre des 80.000 juifs déportés de France…

« Ils », ce sont leurs enfants et petits enfants sans l’aide de qui ils n’auraient pu montrer qu’ils étaient encore là, dignes, debout, même si pour ce faire, une canne leur était indispensable…

« Ils », ce sont ces « enfants cachés » pour survivre, des enfants plus très jeunes eux non plus…

« Ils », ce sont tous ces anonymes qui travaillent depuis des années au « Devoir de mémoire » au sein d’Aloumim, (l’Association israélienne des « Enfants cachés » en France pendant la Shoah),

roglit2« Ils », ce sont les petits-enfants de ces « Justes », célébrés comme il se doit pour avoir sauvé une vie ici, une autre là, une vie juive, au mépris de la leur.

« Ils », ce sont tous les officiels, Ambassadeur de France en Israël, président d’Aloumim, modérateur de la journée, représentante de la délégation des petits-enfants de justes, Arno Klarsfeld. (Etc. j’en passe et des meilleurs), venus apporter leur appui et leur caution morale.

« Ils », ce sont, comme précités, les enfants et petits-enfants de « Justes non juifs par définition, qui découvrent un pays dont ils ont si souvent entendu parler sans le connaitre.

roglit3« Ils », c’est aussi, toutes générations confondues,

  • La voix de celui qui témoigne de son vécu pendant cette période que l’on pouvait espérer disparue à jamais mais qui semble renaitre aujourd’hui de leurs cendres d’hier …

  • La voix de tous les juifs déportés de France jamais revenus de l’enfer nazi au travers de quelques poèmes dont l’un, (Le Badge*) est dit par un jeune de 16 ans à peine.

« Ils », c’est ce descendant de juifs de France devenu juif israélien, c’est cet ado qui troubla et fit frémir l’assemblée toute entière, par le ton respectueux, ému, et ce léger accent dont il accompagna cette poésie…

Un jeune descendant de survivants déportés de France, étranger à la mort, symbole d’une vie retrouvée. Ailleurs !

par Bely pour Tel-Avivre- .

 

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. Je viens d’avoir 79 ans c-a-d que j’avais 6 ans lors de la grande raffle du Vel d »hiv le 16 juillet 1942 a laquelle j;ai eu la chance d’echapper.
    Roglit est le seul endroit en Israel qui commemore cette date fatidique pour
    tous ceux qui n’ont pas eu ma chance.
    Je veux exprimer un grand merci a tous ceux qui organisent cet evenement pour que les generations a venir n’oublient pas.
    Paulette Lubelski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here