Selon  le Shin Bet, le Moyen-Orient ne devrait pas être l’endroit idéal pour vivre en 2015, ce serait même  un des endroits les pires et les plus dangereux au monde. Quand le renseignement militaire dirige ses antennes hors de ses frontières, vers l’Iran, l’Irak, la Jordanie, la Syrie, le Liban, l’Egypte, le Yémen, l’Arabie saoudite et l’Afrique du Nord,  il voit et décrit un monde en proie à la décadence sociale, l’effritement politique et de plus en plus pauvre.

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

.

La crise économique chronique qui affecte les pays « des  printemps arabes », continue de s’aggraver avec la baisse du prix du pétrole, accélère la désintégration interne de grands pays comme la Syrie, la Libye et l’Irak, et pourrait saper les régimes de stabilisation comme l’Iran et l’Egypte.

En Arabie saoudite seul pays considéré encore comme un pays stable, le chômage chez les jeunes atteindra 30 %pour  l’année à venir. Pas étonnant donc de trouver de nombreux Saoudiens dans les organisations mondiales du DJihad.

Beaucoup de jeunes individus  ne parviennent pas à trouver leur place dans les sociétés musulmanes, ce qui entraîne la montée de nombreux mouvements radicaux contre Israël et plus d’effusion de sang parmi les musulmans eux même par rapport aux années précédentes. Et ce raz de marée de la violence pourrait déborder sur Israël. S’il y a un scénario cauchemardesque que redoute les responsables de l;Etat, c’est  celui relatif de ne pouvoir être  en mesure de localiser ce raz de marée dès sa formation.

Cette perspective sombre est la ligne directrice du rapport complet du Département des Etudes soumis récemment aux hauts fonctionnaires et à l’état-major général lors de la cérémonie traditionnelle annuelle  connue sous le nom d’évaluation annuelle de MI – un rituel régulier destiné à présenter aux chefs de l’armée et des dirigeants politiques une prévision décrivant les développements politiques et militaires attendus dans l’année à venir.

Cette évaluation de l’intelligence, consistant essentiellement en une série de menaces potentielles auxquelles des réponses doivent être trouvées, est censé servir de base à l’État pour définir son plan d’actions en matière de sécurité, d’économie et de  politique pour l’année à venir.

Cette fois, cependant, ces prévisions sombres vont atterir sur les épaules d’un nouveau gouvernement, un nouveau cabinet, un nouveau chef de cabinet et peut-être un nouveau ministre de la Défense , ce qui rend la situation encore plus inquiétante. Le Moyen-Orient, après tout, ne va pas attendre jusqu’à l’été, jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement israélien s’installe. L’incertitude, l’instabilité et la volatilité des événements qui se déroulent pourrait secouer la région sans avertissement.

Il n’est pas étonnant alors que les fonctionnaires eux-mêmes affirment que des prévisions annuelles ne sont pas suffisamment fiables. Un degré élevé de certitude ne peut etre assuré que pour les premiers mois de 2015.

Il est fort probable que quelque soit l’issu des élections, le nouveau chef d’Etat Major, Gadi Eisenkot  assumera la responsabilité de tout pour quelques mois, au moins. Un nouveau gouvernement, et peut-être un nouveau ministre de la Défense, auront besoin de temps avant maîtriser parfaitement la donne et de commencer à prendre des décisions à long terme. Jusque-là, Eisenkot sera le seul à offrir une continuité en termes de préparation à la sécurité.

Chaque rapport commence par un panorama general des puissances mondiales. L’essentiel ici est très simple: Le Moyen-Orient d’aujourd’hui n’a pas de leader international. Il n’y a pas un seul élément qui maintient l’équilibre, qui facilite la collaboration internationale pour préserver la paix de toutes sortes dans la région.

La Russie de Vladimir Poutine s’efforce d’accroître son influence au Moyen-Orient en ayant un pied ferme en Syrie. Les Etats-Unis, qui pendant des années ont été  les seuls véritables leader  au Moyen-Orient ne peut plus agir  sans coalitions. En Syrie, c’est une coalition arabe; en Irak, une coalition occidentale.

La grande Syrie n’existe plus. Le terme accepté ce  jour est «Little Syrie, » d’Assad qui contrôle 20 à 30% du pays.Le reste comprend les cantons indépendants qui se battent l’un contre l’autre. La part d’Israël dans l’histoire est le plateau du Golan.

La question des armes chimiques en Syrie restera en suspens en 2015 aussi. L’organe chargé de désarmement chimique de la Syrie, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, n’a pas encore ferme le dossier. Il y a des raisons de croire que le régime d’Assad  en dissimule  encore.

Le front iranien présente un tableau complexe aussi. Nous ne saurons pas avant l’été si l’Iran et les États-Unis vont signer un accord sur la question nucléaire. Les fonctionnaires estiment aujourd’hui qu’un tel accord serait mauvais pour Israël.

D’un coté, il permettrait une évaluation plus précise vis-à-vis de la conduite future du Hezbollah le long de la frontière nord d’Israël; de l’autre, si l’Iran ne signe pas un accord avec l’Occident et ne parvient pas à secouer les sanctions globales, il pourrait échapper à tout contrôle.

Au moins deux autres questions détermineront le visage de 2015 au Moyen-Orient – les élections israéliennes et l’impact de la chute des prix du pétrole sur les pays exportateurs de la région. L’Arabie saoudite et les Etats du Golfe sont soupçonnés d’avoir accumulé des réserves financières suffisantes pour leur permettre de traverser la crise en un seul morceau. En revanche, la crise des prix pourrait faire tomber les régimes en Iran, l’Irak et la Libye et conduire à plus d’anarchie.Les Russes, aussi, pourrait changer leur fusil d’épaule dans le Moyen-Orient à la lumière de la baisse spectaculaire des recettes pétrolières et devenir plus agressif, dans un effort pour lutter contre ce qu’ils perçoivent comme un complot américain pour les détruire.

La détérioration de la situation de sécurité entre Israël et les Palestiniens, ou entre Israël et Gaza, est une option réaliste en 2015. Le Hamas a maintenant 30 pour cent des capacités de roquettes qu’il avait à la veille de l’opération de protection Edge.

Alors que les tunnels défensives dans Shujaiya et Khan Younis, sont en cours de rénovation et de reconstruction. Israël a la preuve que le Hamas a acheté le ciment de plus de 8000 propriétaires de Gaza qui ont reçu le matériau de construction de l’Organisation des Nations Unies, en coopération avec Israël, afin de réparer leurs maisons.

Rapport donc plutot sombre mais selon certains trop sombre. Selon les détracteurs de ce rapport celui-ci ne présenterait que le verre à moitié plein et n’évoquerait que les menaces et jamais les possibilités.

Julie Arzoine- Traduit et adapté de Ynet pour Tel-Avivre.com

Print Friendly, PDF & Email

5 COMMENTS

  1. je pense qu’il faut croire fermement ce que dit le shin bet, le chaos, et pas seulement au moyen orient , l’Europe est aussi en bonne place.
    Il faudrait que le gouvernement israélien se ressaisisse et que les querelles intestines entre les candidats cessent, mais cela dépend de l’électorat du peuple, je ne pense pas que la gauche soit une bonne chose.
    Le 17 mars sera pour nous tous un jour capital, hevré à vos urnes….
    et
    Ne rien concéder, surtout pas le Golan et encore mois la Judée Samarie, qui deviendra ce qu’est devenu gaza.

    Si guerre il y a, mieux vaut que cela se passe dans les  »territoires » que dans les rues de Tel Aviv.

    On l’a vu à chaque fois, l’aviation et même dôme de fer ne suffisent pas, il faut aller au sol pour détruire la pourriture

    Cette fois, j’espère que Tsahal aura moins de scrupule, ça suffit, crainte de l’ONU, de l’Europe, du bidon, les USA ont autant besoin d’Israël, que l’inverse
    Et pourquoi ne pas faire les yeux doux aux Russes,
    pourquoi ne pas réagir comme la Corée du nord (eux ils savent dire merde…. au monde entier)
    pourquoi ne pas brandir la menace nucléaire
    Etre fort ou mourir that is the question?
    La grande Zorha (alias De Gaulle)l’avait dit , on peut ajouter VALEUREUX
    ALORS TSAHAL KADIMA

  2. Pourquoi les dirigeants d israel ne déposé pas plainte à l onu sur l approvisionnement en ciment pour construire les tunnels de la mort à gaza? Pourquoi les partis israéliens et associations civiles ne manifestent pas pour leur sécurité devant la préparation du hamas? Pourquoi l Europe qui est si prompte à critiquer israel ne prend pas en compte ces preuves de guerre du hamas? Et nos ambassadeurs israéliens en Europe que font ils pour défendre les intérêts de leur nation on ne les entend pas??

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here