Lorsque des dizaines de milliers de personnes ont accompagné son frère aîné Max dans son dernier voyage, Paige Steinberg a réalisé qu’Israël était sa vraie maison. Max Steinberg avait 24 ans et était originaire du sud de la Californie. Il avait rejoint l’armée israélienne en 2012, il était tireur d’élite de la brigade Golani mais il est mort cet été lors de l’opération Tsuk Eytan à l’intérieur d’un véhicule blindé  frappé par un missile anti-char du Hamas. Six autres soldats ont péri avec lui dont Shaul Aaron dont le corps n’a toujours pas été rendu.

yediot

Plus de 30 000 Israéliens ont accompagné dans son dernier voyage le soldat Max Steinberg le 21 juillet dernier. C’est un soutien que Paige, la petite sœur de Max, âgée de 21 ans n’oubliera jamais. Quelques jours seulement  après son retour aux États-Unis, elle décide de venir vivre en Israël, dans le pays où son frère avait décidé de vivre et celui à qui il a donné sa vie. Elle s’est donc  inscrit à l’université IDC Herzliya section psychologie et a déménagé dans un appartement en colocation.

«Je suis entouré de beaucoup de soutien et de beaucoup de chaleur » a-t-elle confié au Yediot Aharonot. « Je n’avais pas prévu de venir vivre et  étudier en Israël mais je voulais être aussi proche que possible de mon frère » a ajouté la jeune femme.

Max

Paige est venue en Israël pour la première fois en 2011,elle est arrivée avec ses frères dans le cadre du projet de Birthright. A l’issue de l’expérience, Max a décidé de s’installer en Israël et de rejoindre l’armée israélienne. «Nos parents ont appuyé sa décision, » se souvient-elle. Et Max a travaillé dur pour améliorer son hébreu, et a rejoint l’armée comme combattant de la brigade Golani. Il était tout comme le jeune français Jordan Benshemoun ou le jeune américain Sean Carmeli ce qu’on appelle les soldats seuls, des hommes et des femmes dans la fleur de l’âge qui ont quitté leurs parents et des vies souvent confortables pour rejoindre les Forces de défense israéliennes, ils ont pris les armes pour défendre l’Etat juif.

par Paula Chiche pour Tel Avivre – adapté du Yediot

Print Friendly, PDF & Email

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here