Hier, le ministère de la Protection de l’Environnement a dévoilé les vrais dégâts de la plus grande catastrophe écologique qu’Israël ait connu. Suite à la rupture de l’oléoduc d’Eilat Ashkelon, plus de 3 millions de litres de pétrole se seraient  déversés dans  la réserve naturelle d’Avrona du  désert de l’Arava, dans la région de Beersheva, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Arava deversement de petrole2A l’origine, le rapport du ministère de la Protection de l’Environnement avait indiqué qu’un million à  1,5 millions de litres de pétrole s’étaient déversés sur la région de Beersheva. Il semblerait que leur copie ait été revisse à la hausse puisqu’on parle aujourd’hui de 3 à 5 millions de litres. La catastrophe serait au moins 60% plus grave qu’on ne le pensait. Les nouveaux chiffres suggèrent que la vanne n’ait pas été immédiatement fermée. Plus de 13000 tonnes de terres de la réserve naturelle d’Evrona ont été polluées.  Le pétrole s’est déversée sur 6 à 7 km de distance près de la route 90 près d’Eilat.

Et la pluie prévue pour mardi inquiète encore plus les écologistes. En effet, les inondations peuvent transporter l’huile vers l’est et le sud. La situation est très préoccupante car toute la végétation que l’eau est censée irriguer peut en pâtir et fragiliser ainsi tout l’écosystème, en particulier les animaux vivant dans la région. Si la pluie transporte le pétrole jusqu’à la mer rouge dans le sud, alors se seront les poissons et les coraux qui seront en danger.

par David Lichaa pour -Tel-Avivre –

 

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. Israël demande-t-il des volontaires pour aider à nettoyer le site ? Je suis sûre que, comme pour SAREL, des dizaines de volontaires sont prêts pour cette aide.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here