Comme jadis en France, les Israéliens ont tous des tas de sacs en plastique roulés sous l’évier de la cuisine. Mais pas pour longtemps puisque la Knesset a approuvé lundi soir en première lecture un projet de loi qui vise la quasi suppression de ces sacs puisqu’ils couteront désormais  30 agorot alors qu’ils étaient jusqu’à maintenant distribués gratuitement. Le projet de loi a été relayé par la Commission de l’économie chargée de la préparation des deuxièmes et troisièmes lectures dans les prochaines semaines.

 –

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

les-sacs-plastiques-

Le ministère de la protection de l’environnement lancera une campagne médiatique et appellera le public à ne plus utiliser de sacs en plastique, car  chaque ménage recevra sept sacs en tissu réutilisables et recyclables.

Le ministre de la protection de l’environnement, Amir Peretz (du parti Hatnua) a déclaré après l’approbation initiale du projet de loi que «dans quelques mois, les sacs ne seront plus distribués du tout dans les épiceries et dans les chaînes de supermarchés et chaque député qui a voté pour le projet de loi est aujourd’hui mon partenaire dans la lutte contre une dépendance dangereuse et polluante ».

« Nous combattons ce phénomène devenu un symbole de gaspillage et de pollution de l’environnement. Je suis sensible aux arguments des fabricants de sacs en plastic en Israël, mais cette loi est pour le bien par le public et de l’environnement » a ajouté le ministre.

Selon Gilad Ostrovsky, membre de l’ONG Adam Teva Vedin qui lutte pour la protection de l’environnement : « Les sacs en plastique polluent les espaces publics, ils bouchent les sites d’enfouissement, ils causent parfois la morts des animaux qui les mangent. On les retrouve dans la mer, dans les réservoirs d’eau, ils constituent des dommages écologiques pour les générations futures », a-t-il expliqué sur  canal 2 News.

En France et plus précisément à Paris ou les sacs plastiques sont payants depuis un certain temps, Anne Hidalgo a annoncé le 30 septembre dernier, son intention de faire voter une interdiction, qui concernerait non seulement les sacs dits « de caisse » mais également ceux distribués pour les fruits et légumes. A Paris, ces sacs pourraient être bannis sur tous les marchés parisiens dès la fin de l’année précise une porte-parole de la municipalité parisienne. Lors du  Conseil de Paris, qui s’est tenu le 20 octobre dernier, l’exécutif parisien a proposé  des alternatives écologiques à ces sacs : Des cabas réutilisable ou même des sacs biodégradables à base d’amidon de pomme de terre qui seront compostables.

Nul doute que dans quelques années les sacs plastiques ne feront plus partie de l’environnement israélien car de Tel-Aviv à San Francisco, en passant par Paris, partout, le but est le même : lutter contre la pollution générée par les déchets plastiques, lesquels se retrouvent dans les océans.

par Denis Barré pour -Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here