Depuis la guerre de Kipour de 1973 et de l’arrivée des ayatollahs « shiite » en Iran en 1979, les diverses guerres subies par Israël (1) sont principalement le fait de satellites directs de l’Iran, comme le Hezbollah qui domine la scène libanaise (un véritable état dans l’état) et de satellites indirects, comme le Hamas à Gaza. Le Hezbollah et le Hamas sont 2 organisations terroristes qui ont pris le pouvoir, le premier au Liban et le 2ème dans la bande de Gaza de l’Autorité palestinienne, plus ou moins légalement. Ils y sont parvenus parce qu’Israël, implanté en auto-défense au Liban Sud et à Gaza, avait quitté unilatéralement ces 2 territoires.

 –

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Voile-islamique-

En ce qui concerne le djihad proprement sunnite, il se décompose en gros de deux mouvements, l’un cherchant à prendre le pouvoir plutôt pacifiquement, comme les Frères Musulmans, l’autre, comme Al Qaïda et une myriade de groupuscules plus ou moins affiliés, et dont certains se sont constitués récemment en Etat islamique en Irak/Syrie, l’autre cherchant à recréer le califat « par le sabre et l’épée », en créant le chaos partout où il occupe le terrain.
Profitant dudit « printemps arabe » — qui n’était au départ qu’une timide recherche de liberté de gens éclairés –, les Frères Musulmans ont essayé de s’installer en Tunisie, en Lybie, en Egypte, en Jordanie sans succès. En Egypte notamment, ils ont subi une cuisante défaite, 40% de la population étant descendue dans la rue pour les chasser du pouvoir d’une année.
Les groupuscules djihadistes et terroristes opèrent dans le monde entier, pour déstabiliser, faire peur, tuer et rançonner l’infidèle et recruter des extrémistes (Nigéria, Mali, Somalie, Lybie, Sinaï, Yémen Indonésie, Philippines, Pakistan, Afghanistan …) et aussi faire un pied de nez à l’Occident, en l’empoisonnant dans la vie de tous les jours.
L’Etat islamique est le plus dangereux, car il occupe le tiers de l’Irak-Syrie avec des moyens militaires importants, obtenus suite à la reddition de l’armée irakienne, et des moyens financiers non moins importants, en dévalisant les banques et en vendant du pétrole au marché noir. L’Etat islamique (Isis, Daesh ou EI) a des chance de durer, si on ne l’évacue pas rapidement par voie terrestre, si on n’envoie pas des armes adéquates, en quantité nécessaire, aux Kurdes irakiens comme aux Kurdes syriens, et si on ne prend pas des mesures diplomatiques sérieuses contre la Turquie qui joue un jeu trouble dans la région, craignant une plus grande autonomie de sa province kurde.
Quant au Qatar, petit pays immensément riche de 200 000 habitants avec 1,3 millions de travailleurs immigrés, il a acheté sa tranquillité en payant un tribut financier à tous les groupuscules djihadistes qui risquaient de le menacer. Mais c’est l’Arabie Saoudite qui est à l’origine de la diffusion mondiale des doctrines de l’Islam extrémiste et intolérant — qu’il soit appelé wahabite ou salafiste –, en dépensant des dizaines de milliards de $ depuis 1945, en créant des mosquées et des madrassas partout et des « lobby » aux Etats-Unis. Ces deux états sont allés trop loin l’un avec son argent, l’autre avec sa doctrine et son argent, et ils le regrettent sans doute un peu, pour le moment.
Mais en fait, entre la peste de l’Iran et le choléra de l’Arabie, l’Occident est en train de subir les conséquences de la lutte ancestrale et impitoyable entre shiites et sunnites pour dominer l’Islam. Et, incompréhensibles au commun des mortels, les alliances locales, tribales, ethniques ou autres, se font et se défont, essentiellement dans le but hégémonique de domination du Moyen Orient, puis du monde, par l’Islam.
Alors faîtes très attention à Barak Hussein Obama et à la bombe nucléaire iranienne…

(1) en dehors de 39 missiles lancés par Saddam Hussein en 2003

par Albert Soued pour -Tel-Avivre

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here