Le Comité de la Knesset a visité lundi le « Petit Mur occidental » (Kotel Hakatan), une extension du mur occidental accessible par le quartier musulman de la Vieille Ville. Seulement voila, le Kotel Hakatan est pratiquement à l’abandon alors qu’en dessous les fouilles continuent pour rénover toute la partie du Mur, vestige du Temple détruit en 70 après JC.

Après la visite, le président du comité, la député Miri Regev, a demandé de nettoyer le site, des restes de matériaux de construction en béton, des poubelles et autres horreurs se sont accumulés au fil des années.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Small Wall

« Cette zone doit être nettoyée et les gens doivent pouvoir y accéder librement. J’ai parlé avec le maire de Jérusalem, Nir Barkat, il a accepté de retirer les échafaudages. Le problème reste  la police, qui, malgré les promesses des politiciens, a refusé de permettre à la municipalité de nettoyer le site, les fonctionnaires de police affirment que la question est politique ».
Le Mur des Lamentations est un vestige du Mont du Temple, le lieu le plus saint du judaïsme. S’est l’endroit où les deux temples ont été construits il y a respectivement 2850 et 2350 ans.
Bien qu’en dehors de la zone du temple, le  » Kotel Hakatan  » garde un caractère particulièrement sacré, les sages ayant déclaré que la Présence Divine ne quitterait jamais le Mur occidental.
Aujourd’hui, seule une partie du mur extérieur est accessible (la partie visitée par le monde entier) mais une autre partie intérieure  tout aussi sacrée. plus de 100 mètres du Mur est également  accessible en visitant les tunnels du Mur occidental. J’en profite d’ailleurs  pour vous recommander vivement de la visiter, il existe des visites guidées en français et en anglais.  Au-dessus de ces tunnels, près de l’entrée de la porte en fer donnant sur le Mont du Temple se trouve un espace ouvert face à un court segment du mur. Il s’agit de la zone connue sous le nom de « Kotel Hakatan » ou  » Petit Kotel « . Bien qu’il soit hors des sentiers battus, le « Kotel Hakatan » est en réalité peut-etre  plus saint que le Mur situé sur l’esplanade du Mur occidental, en raison de sa plus grande proximité avec le Saint des Saints (Kodech HaKodachim) des temples antiques. Cependant, il est très difficile de s’y rendre, il n’a pas de signes extérieurs précisant le lieu saint et il n’est  pas protégé !
Dan Mati , membre de la Fondation Ateret Cohanim, a déclaré que l’échafaudage en question avait été placé sur le site par la municipalité suite à une recommandation d’un ingénieur en 1972, celui-ci craignait qu’une maison voisine ne s’effondre.
Aujourd’hui, l’échafaudage est toujours là. Dan Mati ne comprend pas pourquoi tous ces matériaux de construction n’ont pas encore été déblayé par les forces de polices.
Le commandant de la Police nationale, Yohanan Danino, que leur destruction serait considérée comme un changement important dans la ville, compte tenu de l’ancienneté des lieux. « Le gouvernement est le seul a pouvoir prendre cette décision susceptible d’avoir des implications politiques  » a-t-il dit.

Rabbi Shmuel Rabinowitz, le rabbin du Kotel et des Lieux Saints précise bien que le Petit Kotel fait partie du grand Kotel : « En fait, nous avions convenu de nettoyer la zone avec la police mais la municipalité n’a jamais rien fait ».

Pour le député Jamal Zahakha (du parti arabe Balad), la raison pour laquelle l’échafaudage n’a jamais été enlevé est simple  :  » En 1967, Moshe Dayan avait promis que le statu quo pour le culte dans la vieille ville ne serait pas modifié. Ce site n’a jamais été utilisé pour le culte des juifs dans le passé et la police veut que cela continue ce qui explique pourquoi l’échafaudage n’a pas été supprimé. Cela ouvrirait la voie à ce qu’il soit transformé en un lieu de culte pour les Juifs et donc un changement dans le statu quo ».

par Roger Haddad pour -Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. Ce qu’a dit Moshe Dayan était valable en son temps; mais les temps changent nécessairement et donc les promesses ne sont pas nécessairement irrévocables; On n’a plus Gaza, on n’aMoshe Dayan n’est pas Moshe Rabénou; heureusement!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here