Il fut un des chefs mythiques des Renseignments et de la sécurité d’Israël. Il était « l’homme du silence » et retourne désormais au silence à tout jamais. L’ancien chef des services de Sécurité intérieure (Shin Bet) Avraham Shalom est décédé jeudi à l’âge de 86 ans.

 

Avraham Shalom

 

Shalom fut le chef du Shin Bet lors d’un des événements les plus dramatiques qui a secoué ce service, à savoir l’incident du « Bus 300 » au cours duquel deux terroristes ayant pris en otage les passagers de cet autobus ont été arrêtés vivants, mais ont été tués alors qu’ils étaient entre les mains du service de sécurité.

Avraham Shalom sera inhumé dimanche prochain.

Né en 1928 à Vienne (Autriche), Avraham Shalom est arrivé avec sa famille en Palestine sous mandat britannique en 1939 et a vécu à Tel Aviv. En 1946, il s’engage dans le Palmah, une unité d’élite de la Hagannah (qui a précédé Tsahal, l’armée israélienne). Il a pris part à la Guerre d’Indépendance de 1948.

Après sa démobilisation , Avraham Shalom est enrôlé dans une unité opérationnelle du Shin Bet à Haïfa. Il prend ensuite le commandement des unités opérant dans le sud du pays, puis à Jérusalem.

Isser Harel, le chef du Mossad l’envoie à l’étranger pendant 3 ans, puis il revient en Israël en 1959 tout en participant à l’opération ayant abouti à la capture du criminel de guerre nazi Adolf Eichmann en Argentine qui sera jugé, condamné à mort et pendu en Israël en 1962.

Il devient par la suite directeur des opérations du Mossad. Après le massacre des 11 athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972, il devient le chef du département de protection.

En 1980, Shalom est nommé directeur du Shin Bet (ou Shabbak) par le Premier ministre Menahem Begin, après la fin du mandat d’Avraham Ahitouv. Il concentre ses efforts contre le crime organisé et les actes nationalistes, combattant ainsi la « résistance juive » qui commet des actes terroristes contre les Palestiniens en Cisjordanie.

En 1984, sa gestion est remise en cause après la révélation de l’exécution par des agents du Shin Bet de deux terroristes capturés vivants après la prise d’otages de l’autobus 300. Cette révélation, qui provoqua un tollé en Israël, aboutit à la création d’une commission d’enquête publique qui auditionna Shalom. Le chef du Shin Bet garda le silence, mais fut finalement contraint de démissionner en 1986 et remplacé par Yossef Hermelin.

Après avoir fait valoir ses droits à la retraite, Avraham Shalom fut un des fondateurs de « l’initiative de Genève » qui appela à la signature d’un accord de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne.

En 2012, Avraham Shalom a participé en compagnie de 5 autres anciens directeurs du Shin Bet, Ami Ayalon, Avraham Dichter, Yaacov Peri, Youval Diskin et Carmi Gillon, au documentaire « Gatekeepers », présenté aux Oscars, qui fit couler beaucoup d’encre en Israël tout comme à l’étranger.

I24News –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here