Israël a refusé de libérer les 26 prisonniers qui faisaient parti de la quatrième vague de libération. La raison officielle : les palestiniens ont refusé de s’engager à poursuivre les négociations et ont refusé de reconnaître le caractère juif de l’état d’Israël, aucune raison donc de poursuivre ces libérations. Cependant, Israël a proposé de libérer 400 prisonniers en échange de la poursuite des négociations. Abbas n’a toujours pas donné suite a cette dernière proposition.Vendredi, Israël a donc communiqué aux responsables de l’Autorité palestinienne leur refus ferme et définitif de libérer le dernier groupe de terroristes. Un groupe de vingt six terroristes dont vingt terroristes qui ne sont pas palestiniens mais arabes israéliens.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

media_xll_6616691

Samedi, le responsable de l’Autorité palestinienne Jibril Rajoub a confié : « Le gouvernement israélien vient de nous informer qu’il ne comptait pas remplir sa part du contrat en libérant le dernier groupe de terroristes. »

L’Autorité palestinienne a une fois de plus menacé Israël de prendre  des décisions unilatérales aux Nations Unies, la semaine prochaine.

Israël avait accepté de libérer 104 prisonniers par vagues successives, dans le cadre de la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens. Tous ont été arrêtés avant les accords d’Oslo signés en 1993, accords qui avaient posé  les premiers jalons d’une résolution du conflit israélo-palestinien. Jusqu’à présent, Israël a libéré 78 prisonniers sur 104 détenus condamnés à de lourdes peines pour des attaques meurtrières contre Israël et ses citoyens.

Le Président Mahmoud Abbas avait énoncé la libération des prisonniers, ainsi que la suspension des constructions en Judée-Samarie, comme  condition sine qua non à la poursuite des négociations de paix et ce, au-delà de la date butoir.

Mais le secrétaire d’État américain John Kerry, chargé des négociations de paix israélo-palestiniennes, a eu du mal à progreeseer dans ces pourparlers et Mahmoud Abbas refuse toujours de répondre à la demande de Benjamin Netanyahu concernant la reconnaissance de l’État d’Israël comme État juif. La récente vague d’appels à de nouveaux actes de violence terroriste contre Israël n’a pas aidé à apaiser les tensions.

par Elsa Benaiche pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here