Le professeur israélien Mark Talesnik, a voulu remédier à l’injustice dans le monde, en créant le programme des ingénieurs sans frontières (Engineers Without Borders (EWB)) à l’Université du Technion. 

talesnik

Mark Talesnik explique les raisons qui ont motivé la création du programme: « Le monde que nous connaissons aujourd’hui est scindé en deux parties: une population qui possède des biens (15%) et une population qui ne possède arien (85%). Ceux qui ont déjà des biens cherchent toujours à avoir plus. Quant à ceux qui n’ont rien luttent pour obtenir quelque chose. On ne peut pas continuer comme ça! »

Pour atteindre ses objectifs, le professeur Talesnik a créé un programme au Technion: les ingénieurs sans frontières. Les participants sont chargés de résoudre les problèmes des villages pauvres, autour du monde. Certains ingénieurs sont, par exemple, chargés de trouver une solution à long-terme susceptible de régler les pénuries d’eau d’un village spécifique.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Mark Talesnik est revenu sur son expérience personnelle, une expérience qui a permis la fondation du programme en 2008:

« Je suis professeur en ingénierie et ces dernières années, j’ai dû effectuer des travaux pour l’Université. J’ai écrit des essais qui n’ont jamais été lus et j’ai fait des propositions qui n’ont jamais été mises à exécution. Je me suis rendu compte que j’avais aucune influence, je n’arrivais plus à dormir, si bien qu’il y a 10 ans, j’ai décidé de laisser ma marque ».

À titre d’exemple, Talesnik a raconté comment un étudiant a réussi à améliorer les conditions de vie d’un village à l’est du Nepal.

« Il y a mille personnes à Namsaling, ils vivent avec moins de 1,2 dollars par jour. Ils n’ont pas l’électricité, aucun réseau d’assainissement et une mauvaise qualité d’eau » a t-il déclaré. Il poursuit: « Nos étudiants ont donc cherché à trouver l’origine du problème. Ils ont compris que le manque d’énergies renouvelables nuisait au village, à la suite de quoi, ils ont installé des réacteurs à biogaz. » Ces réacteurs ont révolutionné le quotidien des villageois, au point qu’ils en ont installé 62 autres. »a t-il ajouté.

Aujourd’hui, le programme est impliqué dans un projet relatif à la communauté bédouine du désert du Neguev, et du Moyen-Orient.

Le professeur Mark Talesnik a fini par conclure: « Nous entraînons nos étudiants, non pas à devenir des super diplômés, mais à devenir les leaders de la société de demain. Nous faisons tout notre possible pour que les étudiants travaillent avec leur tête et avec le cœur ».

par Elsa Benaiche pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here