Suite à la victoire de Moshe Abutbul ( du parti ultra-orthodoxe Shas ) en octobre 2013, de nombreux habitants de Beit Shemesh étaient descendus dans les rues criant au scandale et à une fraude massive. La police avait finalement ouvert une enquête et le tribunal du district de Jérusalem avait décidé de se pencher sur l’affaire, la fraude avait été constatée : La Haute Cour de Justice avait donc décidé, c’était une première en Israël, que les habitants puissent revoter.

.

La ville est divisée depuis des années entre sa population haredi et  sa population sioniste, qui se composent de personnes nationales-religieuses et traditionalistes. Le résultat des élections était considéré par de nombreux habitants de la ville comme vital pour déterminer l’avenir de celle-ci. Le jour du scrutin, la police avait arrêté plusieurs ultra-orthodoxes en possession d’environ 200 fausses cartes d’identité  utilisées pour voter frauduleusement.  Eli Cohen de HaBait yehudi, son adversaire, avait perdu de seulement 956 voix, 2,7% du nombre de votes valides ! Moshe Abutbul avait remporté les élections avec 50,5 % des voix (17 665 électeurs), contre 47,86 % (16 741 électeurs) pour son rival Eli Cohen, la fraude portait en tout sur 924 votes suffisant pour faire pencher d’un côté ou de l’autre les résultats des élections.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Et pourtant un nouveau vote a bien eu lieu et le candidat ultra-orthodoxe du Shas, Moshe Abutbul, a, bel et bien, remporté  sa deuxième victoire  avec 51,3%, devançant Eli Cohen le candidat de HaBayit Yehudi . Le décompte final est de 19 401 pour Abutbul et de 18 643 pour Cohen, 758 voix les séparent ! Cohen a reconnu sa défaite  à la radio israélienne mercredi en déclarant « La majorité a décidé d’une ville à caractère ultra-orthodoxe ». Selon les commentateurs, la victoire d’Abutbul est considéré par beaucoup comme un signe de la puissance locale croissante des haredim au détriment de la population laïque même si ça s’est joué de peu.

ali salem

On revotait aussi à Nazareth, dans le nord du pays, Ramiz Jaraisy le maire titulaire  qui dirige la ville depuis 1994 (20 ans)  a perdu la mairie face à son adjoint Ali Salam, arabe israelien, qui veut plus de business dans la ville. Décompte final : 27 666 voix pour Ali Salam contre  17 266 pour Ramiz Jaraisy. La victoire d’Ali  Salem indique la volonté d’un changement, les habitants sont fatigués de la corruption et du népotisme depuis 20 ans. Le résultat indique aussi que la ville souhaite un candidat plus ouvert et plus favorable à l’entrepreneuriat et capable de surmonter les clivages locaux.

par H.P. Benhamou pour Tel-Avivre –

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here