Des entrepreneurs israéliens, en compétition pour aider les pays en développement

Les pays développés sont les premiers à tirer profit de l’innovation. Alors qu’en est-il des pays en développement ? 

pears challenge

C’est là que l’Université de Tel-Aviv intervient.

Hier, l’Université de Tel-Aviv, lançait le « Pears Challenge ». Dans cette compétition, Les entrepreneurs doivent trouver une idée susceptible d’aider les pays en développement, dans différents domaines tels que la  santé, les énergies alternatives, l’agriculture, l’eau, l’éducation et les technologies de l’information et de la communication.

10 équipes seront choisies pour suivre une formation de 3 mois. Un camp d’entrainement qui leur donnera tous les outils en main pour aider au mieux les pays en développement.

Aliza Belman Inbal, directrice du programme a d’ailleurs expliqué: « Dans les pays en voie de développement, nous avons besoin de ces nouvelles technologies. Les entrepreneurs israéliens peuvent facilement tirer profit de la croissance rapide de la demande dans les pays en développement. Il leur suffit de se reconvertir dans ce secteur. Par ailleurs, le programme leur donne la possibilité de faire un travail qui a du sens, avec la  perspective d’aider les gens dans le besoin. »

Hier, l’Université lançait la compétition annuelle « Pears Challenge », sur le Google Campus à Tel-Aviv.

D’autre part, les participants avaient la possibilité de discuter des enjeux de la compétition, avec des experts.

Alors comment ça marche ?

Les participants se regroupent en équipe. On enseigne ensuite aux équipes, comment faire des affaires dans les pays en développement. Une fois qualifiée, chaque équipe met en place un plan et travaille sur le produit qu’il veut défendre. L’équipe gagnante se voit offrir un voyage de 10 jours, pour mettre son produit à l’essai dans les pays en voie de développement.

La plupart  du temps, les entrepreneurs israéliens cherchent à conquérir le marché américain et occidental. Mais Inbal veut que les choses changent, en leur montrant l’éventail de possibilités qui s’offre à eux. D’après elle, ils ne sont pas conscients du potentiel de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique Latine.

La date d’échéance pour poser sa candidature au programme est le 31 mars 2014.

par Diane Cohen pour Tel-Avivre –

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *