Il y a quelques années, il était encore possible d’être juif en France.

Il y a quelques années encore, je sortais dans la rue avec une étoile de David autour du cou.
Il y a quelques années encore, je n’avais pas peur d’emmener mes enfants à l’école.
Il y a quelques années, il était possible d’enseigner la Shoah dans tous les collèges et les lycées.
J’osais aborder le thème d’Israël avec mes amis non-juifs.

eliette abecassis

Il y a quelques années, j’ai donné à ma fille un prénom français.
Je l’ai inscrite à l’école publique, sans penser qu’un jour je devrais l’en retirer par peur qu’on ne la frappe parce qu’elle était juive.
Je ne voyais pas apparaître des caricatures dignes des années Trente sur Internet.
Je ne trouvais pas non plus quantité de sites répertoriant les noms des personnalités juives en France.
Je ne rencontrais pas sur Google, You Tube ou Facebook des propos antisémites.
Et dans le bar d’un grand hôtel, je n’avais pas entendu les délires d’un vieux fou, qui n’était ni vieux ni fou.

Il y a quelques années, je lisais les journaux.
Je regardais les nouvelles à la télé.
Pour moi, la Shoah était incompréhensible.
Je me disais : plus jamais ça !
Et surtout, je me demandais : pourquoi les Juifs ne sont-ils pas partis à temps d’Allemagne, alors que tant de signes inquiétants auraient dû les alerter ?

Il y a quelques années, je ne me savais pas en exil sur ma terre natale.
La France était mon pays, ma culture, ma façon d’être et de penser.
Je pensais que nos dirigeants nous protégeaient.

Il y a quelques années, je partais en vacances dans les pays arabes. J’aimais aller sur la trace de mes ancêtres, les Sépharades.
Ceux qui furent massacrés à Grenade en 1066 par une foule qui haïssait les Juifs qui, disaient-ils, étaient riches et puissants.
Ceux qui, victimes de l’Inquisition, furent obligés de se cacher ou de partir.
Il y a quelques années, je ne pensais pas devenir marrane.
Il y a quelques années encore, je ne pensais pas entendre scander des slogans anti-juifs dans la rue.

Il y a quelques années, j’avais foi dans l’homme.

Il y a quelques années, Ilan n’était pas mort.
Myriam, Gabriel, Arié et Jonathan étaient encore en vie.
Il y a quelques années, il était encore possible d’être juif en France.

par Eliette Abecassis – Facebook – Tel-Avivre –

 

Print Friendly

4 Responses to Il y a quelques années, il était encore possible d’être juif en France.

  1. Jai vecu en France il y a longtemps.

    C’etait apres la deuxieme guerre mondiale, a Paris 5eme arrondissement, pres du Jardin du Luxembourg. La culture, la Sorbonne, les grandes Ecoles, Mines, X, Normale Sup…

    Mais la, je n’ai trouve que des eleves et professeurs qui me crachaient dessus, me frappaient, m’insultaient. « Sale Juif, Sale Youtre, Sale youpin, vicieux, pervers, degeneré.. ». Combien de fois les ai-je entendus, ces mots, chaque jour, des annees durant.
    Au College Lavoisier.
    Alors mes poings sont devenus plus durs. J’ai cogné moi aussi, moi qui ne demandais qu’a etudier.
    Et a 21 ans, devenu majeur, je suis parti en Israel et joint Tsahal.
    Je vis maintenant au Canada et aux Etats-Unis.
    Je suis revenu quelques fois en France, pour quelques jours. Je traine avec moi des sequelles de cette epoque et de ce que j’ai vecu. Je me retiens de ne pas rendre les coups que j’ai reçus de certains eleves en particulier. J’ai appelé ma fille cadette Elyette. Mes enfants et mes recherches sont ce qui me retient de ne pas rendre la violence subie.

    Al tishkah! N’oublie jamais. N’oublie jamais leur mediocrité et jalousie.

  2. MOI JE N’AI JAMAIS SUBI D’INSULTES ANTISEMITES CAR LES GENS AUTOUR DE MOI SAVAIENT CE QU’IL LEUR EN COUTERAI.JE SUIS AGE MAINTENANT MAIS JE NE SUPPORTERAI JAMAIS QUE L’ON DISE DU MAL DES JUIFS DEVANT MOI.IL Y A ENVIRON 10 ANS,J’ETAI ASSIS DANS UN BAR EN TRAIN DE FAIRE DES MOTS CROISES,QUAND J’AI ENTENDU UN MEC D’ENVIRON 45 ANS DIRE QU’IL ETAIT REGRETTABLE QU’HITLER N’AVAIT PAS FINI LE TRAVAIL.JE ME SUIS LEVE ET APRES M’ETRE ASSURE QU’IL PARLAIT DES JUIFS,JE LUI AI MIS DEUX COUPS DE POING DANS SA GUEULE,ET MAINTENANT,QUAND IL ME VOIT,IL CHANGE DE TROTTOIR.IL FAUT QUE MES CORRELEGIONNAIRES SACHENT QUE LA PEUR N’EMPECHE PAS LE DANGER ET QU’IL NE FAUT RIEN LAISSER PASSER.AUJOURD’HUI J’AI 72 ANS ET JE SUIS ENCORE CAPABLE DE REAGIR VIOLEMMENT EN CAS D’ATTAQUES ANTISEMITES.

  3. Baillergeon Mathieux Patricia

    Je ne puis dire qu’une chose: cette escalade brusque et réelle de l’antisémitisme est insupportable sur cette terre de France. Je pense que nous n’avons pas fait suffisamment notre devoir pour lutter contre cela. La France doit protéger ses citoyens juifs. Où sont les valeurs de la République?
    PS: je ne suis pas juive

  4. Pingback: Il y a quelques années, il était encore possible d’être juif en France, par Eliette Abecassis | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *