La start up israélienne Nipagesh a crée un réseau social spécialement conçu pour les enfants : NetoKids. Il est déjà utilisé dans de nombreuses écoles en Israël avec l’approbation et le soutien du Ministère de l’Education.

chatfeature2

Il y a deux ans , la fille de Itay Eshet, le fondateur de NetoKids, sollicitait son père pour ouvrir un compte Facebook . Elle était alors âgée de 10 ans. Son père lui a répondu très naturellement que ce n’était absolument pas adapté pour les enfants et l’idée de construire un nouveau réseau social pour toute sa génération lui est venue. Ce nouveau réseau social appelé Nipagesh , signifie « nous allons nous rencontrer » en hébreu.

Pour utiliser Facebook et la plupart des autres réseaux sociaux , les utilisateurs doivent être âgés d’au moins 13 ans, mais rien n’est plus simple que de mentir sur son âge.Pour Itay Eshet, son réseau social forme les futurs utilisateurs à Facebook. « Nipagesh est conçu pour les jeunes enfants qui sont encore à l’école primaire », explique-t-il. « Nous voulons les préparer à utiliser les réseaux sociaux quand ils seront en âge d’utiliser Facebook , WhatsApp ou quelque réseau social que ce soit ».

Une élève de cinquième année de l’école primaire régionale dans le centre d’Israël a déclaré que Nipagesh était l’occasion de se faire des nouveaux amis mais aussi de jouer sur la plateforme. « Je ne suis plus timide quand je suis sur NetoKids. »

Itay Eshet savait que la sécurité était le point d’orgue son réseau social tout en gardant évidement un aspect très ludique. En effet, le réseau est fermé et sécurisé : les enfants s’y inscrivent par le biais de leur école, ce qui permet d’éviter l’enregistrement de n’importe qui potentiellement dangereux. Les enseignants et les parents sont automatiquement membres. Un système de sécurité présent sur toutes les pages permet de détecter le contenu inapproprié et alerter les administrateurs .

Jusqu’à présent , 100 écoles en Israël participent à ce réseau social. Les utilisateurs doivent utiliser leurs vrais noms , et les enfants peuvent discuter avec n’importe quel autre enfant de différentes écoles sur le réseau. « Ce sont des étrangers , mais nous savons avec certitude qu’ils sont des enfants. Nous savons quel âge ils ont etc…», a déclaré Itay Eshet.

Par Paula Chiche pour Tel-Avivre

 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here