La municipalité de Tel – Aviv – Jaffa  inaugurera le  vendredi 10 janvier une stèle  en mémoire de la communauté gay qui a été persécutée par le régime nazi en raison de leur orientation et leur identité sexuelle.
2014-01-06 12.55.26
Le monument sera érigé dans le Parc Meir. Il représentera un triangle rose, symbole utilisé par les nazis pour marquer les homosexuels dans les camps de concentration. ( ndlr : c’est pourquoi le triangle rose est aujourd’hui utilisé comme un symbole d’identité gay, en rappel de la cruauté des persécutions ). On pourra  lire  :  » En mémoire des victimes du régime nazi en raison de leur orientation sexuelle et l’identité de genre » en hébreu , en allemand et en anglais .La cérémonie commémorative aura lieu ce vendredi 10 janvier, en présence du maire de Tel Aviv, Ron Huldai , l’ambassadeur allemand, Andreas Michaelis, le professeur Moshe Zimmerman et Eran Lev, le conseiller municipal et initiateur du projet.
Le monument a été créé à la suite d’une décision prise par le maire Ron Huldai qui a accédé à la demande de.  Eran Lev est à la tête du comité qui pilote le projet  et qui comprend également, le professeur Moshe Zimmermann de l’Université hébraïque , expert et conseiller scientifique du projet , Itai Pinkas, leader de la communauté gay et conseiller municipal , Yuval Eggert, chef du centre de la communauté gay, Mickey Steiner, directeur de l’information à la mairie de Tel-Aviv et Yaniv Weizman , consultant du maire de la communauté.
Le Maire de Tel – Aviv ,Ron Huldai,  a déclaré :  » Il est tout naturel que cette statue soit érigée ici à Tel-Aviv – Jaffa, une ville symbole de pluralisme et de tolérance, qui abrite toutes les communautés et toutes les minorités »
Pour Andreas Michaelis , l’ambassadeur d’Allemagne : » Une société libre est une société qui respecte l’individu , indépendamment de la race , du sexe , de l’origine ethnique , de la religion ou de l’orientation sexuelle. Ce type de monument est important pour se souvenir des événements qui se sont produits dans le passé , et pour comprendre leur message pour l’avenir « .
Le calvaire des homosexuels sous le régime hitlérien ne fait que depuis peu de temps l’objet d’un intérêt à la mesure du drame. Peu reconnu ni compensé financièrement jusqu’à nos jours, quelques commémorations officielles ont eu lieu depuis, dont le Homomonument à Amsterdam et un projet de monument à Berlin.
Aucun chiffre officiel n’a été publié, mais on estime que le nombre d’homosexuels exterminés dans les camps nazis oscille entre 7000 et 10 000 sur les 15.000 homosexuels déportés ».
Par Sarah Maarek pour Tel-Avivre
Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here