Malgré la chute du dollar, la Banque d’Israël laisse son taux d’intérêt directeur à 1 %Le gouverneur de la Banque d’Israël, Karnit Flug, a pris la décision de laisser le taux d’intérêt directeur inchangé à 1 % pour le troisième mois consécutif, malgré les turbulences sur le marché des capitaux et malgré un dollar sous la barre symbolique de 3.5 shekels.

taux_interet_dollar

Mardi, le dollar a chuté de 0.43% clôturant à  3.48  Nis et l’euro a perdu 0,56% terminant à 4.77  Nis. Mercredi, le dollar n’est pas remonté et l’euro a continué sa chute a 4.75 NIS.
Les experts des marchés ont déclaré que la décision de la banque d’Israël était un signal indiquant qu’elle ne cherchera pas à modifier les taux d’intérêt dans un avenir proche et que la dépréciation du dollar par rapport au shekel n’était pas surprenant.
Cependant, le président de l’association des fabricants, Tzvika Oren, a déclaré que les industries d’exportations sont préoccupés par les fluctuations du dollar. Il en a profité pour critiqué la décision de la banque centrale :  » En 2013, les investissements en obligations d’Etat ont atteint 19 milliards de shekels, il s’agit d’un énorme afflux de devises sur le marché. Les investisseurs financiers ont tiré d’énormes profits au détriment du marché israélien « .
Yossi Frieman, chef de la direction des investissements chez  » Prico « , a déclaré mardi que  » la décision de la banque d’Israël de ne pas diminuer ses taux d’intérêt tout en annonçant que les taux d’intérêt seront susceptibles d’augmenter en fin d’année prochaine va forcément tirer le taux de change des devises étrangères vers le bas. Cette mesure signifie que ce n’est qu’une question de temps avant que le taux de change du dollar ne chute sous les 3.2 NIS. et rien n’ arrêtera cette tendance « .
La Banque d’Israël a refusé de commenter sa politique par rapport au marché des devises mais les règles  de fonctionnement sont connues et il est clair que si la monnaie américaine continue de chuter, alors la banque pourrait choisir de suspendre temporairement les échanges de devises.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

L’ancien gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fischer, a déclaré dans le passé que  » la banque n’a pas de « ligne rouge » en ce qui concerne le taux de change NIS/dollar ni le taux de change de toute autre monnaie étrangère cotée par le Tel Aviv Stock Exchange.

par Max Torjman pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here