Près du kibboutz Samar dans le sud de la Arava, d’ immenses miroirs suivent le soleil dans un mouvement lent et précis afin de concentrer le rayonnement dans une turbine. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’installation a coûté beaucoup d’argent mais l’investissement n’est rentable qu’a  long terme même s’il bénéficie d’avantage fiscaux.
Il y a cinq ans, les écologistes ont réussi un coup de maître lors de la Conférence de Copenhague sur le changement climatique, conférence organisé par les Nations Unies. A cette occasion, Shimon Peres avait annoncé que d’ici à 2020, l’Etat d’Israël réduirait d’un cinquième ses émissions de gaz. Ainsi le gouvernement a décidé qu’Israël en 2020 devrait produire 10 % de son électricité en utilisant l’énergie solaire.

En 2014, l’objectif est de 5 % d’ électricité produite grâce aux rayons du soleil mais il est clair désormais que cet objectif ne sera pas atteint. A l’instar d’un pays comme la France l’état d’Israël s’était engagé à  verser pendant 20 ans 2 shekels par KiloWatt/heure produit et cette mesure devait être financée par une hausse de 3% de la facture d’électricité. Mais l’état a revu à  la baisse le taux de rémunération (- 30%) ce qui a provoqué une  fuite des entrepreneurs qui voulaient faire parti de la révolution de l’électricité propre.
De surcroît, la découverte de gisements de gaz naturel fut le coup de grâce porté à ces prétendants producteurs ainsi le kibboutz Yahel dans la Arava avait sauté sur l’occasion et avait couvert les toits de ses maisons avec des panneaux solaires. Il produit 1.8 mégawatt par an alors que sa consommation annuelle est de 2,5 mégawatts. Le kibboutz continue donc d’installer de nouveaux panneaux afin de satisfaire pleinement ses besoins et devenir  complètement autonome et rentabiliser ses investissements.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Le pays ne manque pas de soleil et cette énergie gratuite pourrait être une ressource inépuisable pour Israël, à  condition d’investir dans des installations à grande échelles. Un seul problème : 16 milliards de mètres cubes de gaz naturel au fond de la mer suffisent à alimenter le pays en énergie pour les 90 années à venir. L’état semble dont avoir mis un frein sur sa politique de  développement d’énergie propre et c’est bien dommage…

par Roger Haddad pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here