Mardi soir, Le pianiste George Horner, âgé maintenant de 90 ans, jouera une musique, composée dans les prisons Nazi.

horner

Il exécutera cette performance avec le grand violoncelliste Yo-Yo Ma, sur la scène de la « synphony Boston Hall ».La vie de George Horner, rescapé de la Shoa, prend un tout nouveau tournant.

Alors d’ou vient cette musique ?

Cette mélodie a 70 ans déjà. Composée à la prison nazi ou Horner était incarcéré, elle reprendra vie mardi, à Boston. Mark Ludwig, organisateur de l’évènement a déclaré : « C’est un lien extraordinaire avec le passé ». L’argent récolté sera reversé à la Fondation « Terezin Music ». Le but de cette organisation étant de préserver le travail des musiciens tués pendant l’Holocauste.

Dirigé par Ludwig, le nom donné à la fondation est celui d’une ville appelée Terezin. Elle fait référence à un ghetto juif à l’époque où l’Allemagne occupait la Tchécoslovaquie.  A cet endroit, et ce malgré l’horreur de la guerre, les soldats nazis autorisaient les prisonniers à jouer sur scène. Horner jouait du piano et de l’accordéon aux cabarets de Terezin. Il interprétait aussi des musiques de  Karel Svenk, détenu et fidèle ami de ce dernier.

Mardi, Horner jouera deux morceaux de Svenk, une berceuse et une marche. Le troisième morceau s’intitule « How Come the Black Man Sits in the Back of the Bus? » et sera joué par Horner et Ma.

Svenk n’a pas survécu au génocide, mais sa musique oui. Et ce grâce à la rencontre entre Ludwig, un compositeur de talent basé à Terezin et Horner qui n’a jamais oublié la musique qu’il avait composé et joué en captivité. Malgré tout, Ludwig a trouvé difficile de demander à Horner, de jouer ces morceaux. Etant donné les souvenirs difficiles qu’ils faisaient remonter à la surface.

Ludwig a déclaré:  » demander à quelqu’un… qui a joué dans les camps, c’est très délicat.

Horner qui est désormais un docteur retraité, qui vit près de Philadelphia a accepté cette mission qu’il a qualifié de « noble ». Même si au départ, il a pris cette mission pour une farce.

Le programme a prévu de faire encore d’autres performances avec Ma et le Hawthorne String Quartet (groupe de musique qui joue à l’orchestre symphonique de Boston). Ma s’est dit ravi. D’après lui, la Fondation permet à ces gens de  faire entendre leur voix.

Horner avait 21 ans, lorsqu’il a été libéré par les soldats alliés en 1945. Ses parents et sa sœur n’ont pas survécu aux camps.

Quand Horner a appris qu’il allait jouer en duo avec Ma, Ludwig raconte qu’il était tellement enthousiaste, qu’on aurait dit un adolescent.

par Elsa Benaiche pour Tel-Avivre –

 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here