Imaginez faire le plein de votre voiture non pas avec de l’essence mais… avec de l’eau ! Cette idée fantaisiste pourrait un jour devenir réalité grâce à la jeune société israélienne Phinergy.

phinergy

Nous avions déjà fait un article il y a six mois sur la compagnie Phinergy mais cette fois, nous voulions relayer un article du Monde Economique.

Basée dans la ville de Lod, à mi-chemin entre Tel-Aviv et Jérusalem, cette Start-Up travaille à la mise au point d’une technologie  à même de changer la donne dans le secteur des véhicules propres.

L’entreprise espère avoir trouvé la martingale grâce à la conception d’une batterie “métal-air”.

Le concept : faire cohabiter la traditionnelle batterie au lithium – celle dont sont dotés la plupart des véhicules électriques – avec une batterie composée de plaques d’aluminium. La première doit servir pour les trajets courts du quotidien. La seconde pour les distances plus longues. Pour la faire fonctionner, il suffit juste de charger le système en eau.

“Nous ne disons pas que nous allons changer le monde, mais on propose une technologie complémentaire pour améliorer ce qui existe déjà”, explique sobrement le patron, Aviv Tzidon. L’enjeu : pallier la faiblesse numéro un des voitures propres, à savoir leur manque d’autonomie. Les modèles aujourd’hui sur le marché permettent rarement de rouler plus de 200 kilomètres d’une traite.

Au-delà, il faut procéder à une longue recharge de la batterie. Or, estime M. Tzidon, tant que le conducteur aura peur de tomber en panne en rase campagne à chaque fois qu’il décide de partir en week-end, l’usage de ces automobiles restera limité. « Le véhicule électrique se trouve aujourd’hui à une étape critique de son développement », décrit-il.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Ce “serial entrepreneur” au look décontracté a déjà créé une dizaine de sociétés, dont trois ont été cotées sur le Nasdaq, la Bourse américaine des valeurs technologiques. En 2008, il a fondé Phinergy pour donner sa chance à une innovation développée par des chercheurs de l’université Bar Ilan, près de Tel-Aviv.

Le Monde – Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here