Les fouilles archéologiques menées pour l’agrandissement de la ville d’Herzliya ont révélées un trésor de bijoux en or et de pièces anciennes caché dans une décharge datant la période byzantine.

trésor-byzantine-retrouvé-en-Israël-pièces-en-or-1

Quatre cent pièces byzantines, 200 lampes à huile samaritaines et des bijoux en or dont une bague octogonale portant une inscription magique, ont été retrouvés dans une fosse à ordures datant de la période byzantine.

Le trésor a été découvert au cours de fouilles menées par l’Institut d’archéologie de l’université de Tel-Aviv en collaboration avec l’Autorité des antiquités d’Israël, à une quinzaine de kilomètres au nord de Tel-Aviv, entre Kfar Shmaryaou et Rishpon, en prévision de l’agrandissement de la ville d’Herzliya.

Les chercheurs tentent à présent de déterminer pourquoi un tel trésor s’est trouvé enfoui dans une fosse à ordures. D’après le Professeur Oren Tal, chef du Département d’Archéologie de l’université de Tel-Aviv, et Moshé Ajimi de l’Autorité des antiquités d’Israël, la découverte d’objets utilitaires, comme 200 lampes à huile entièrement intactes dont certaines n’avaient jamais servi, dans une fosse à ordures, soulève de nombreuses questions.

Ces décharges de la période byzantine, dont l’une, de plus de trente mètres de diamètre, contenaient des tessons de jarres et d’ustensiles de cuisine en poterie, des débris de vaisselle en verre, ainsi que des ossements d’animaux, constitue en elle-même une découverte intrigante.

Les fouilles ont été effectuées dans l’arrière-pays agricole à l’est de l’ancienne cité d’Apollonie-Arsuf, et ont mis à jours de nombreux vestiges de la période byzantine (Vème au VIIème siècles de l’ère chrétienne), entre autre des pressoirs à vin, les restes d’une presse à huile, ainsi que des fragments de murs qui appartenaient probablement à un bâtiment de service à l’usage des agriculteurs locaux.

Les fouilles archéologiques menées à Apollonie depuis les années cinquante jusqu’à aujourd’hui indiquent que le site a été habité en permanence pendant plus de mille ans, depuis la période perse (fin du VIème siècle avant JC), jusqu’au terme de la période des Croisés (XIIIème siècle). Le vestige le plus marquant du site archéologique est une villa de la période romaine tournée vers la mer.

Paula Chiche pour – Tel Avivre –

Print Friendly, PDF & Email