Il faut dire que nous étions nombreux à prendre peur, 24 heures avant le concert, que les choses ne recommencent comme il y a deux ans. A l’époque, sur scène, il s’était mis a parler politique, faisant un bide retentissant qui marquera pour longtemps l’esprit collectif des franco-israéliens. Alors, quand 24 heures avant son retour sur scène à Tel-Aviv, Patrick Bruel déclare à la TV israélienne:  »En ce qui me concerne, je suis un pacifiste, et j’ai toujours prôné la création d’un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël (…) Je pense à ces Palestiniens malheureux, désœuvrés et parfois humiliés qui ont envie de relever la tête avec un Etat » l’ambiance est plombé. Non pas que les israéliens ne veulent pas la paix. Mais ils savent que « les conseilleurs ne sont pas les payeurs. »

bruel5Oui mais…

Mais il faut dire que sur scène, quand il fait ce pour quoi on l’aime, Bruel est excellent. Et il l’a prouvé encore hier soir, devant cinq mille spectateurs venus de tout Israël, et même de France ou de Belgique.

Et pour son plus grand show indor à l’étranger, on voit bien que la production n’a pas lésiné sur les moyens, avec des surprises en série. A commencé par le jeune et talentueux Kev Adams qui fera une reprise (en duo avec Patriiiick) très réussie et pleine d’humour de « J’te l’dis quand même… »

bruel2Et puis, Bruel a pu compter sur un formidable duo avec Idan Raichel, la star de la World Music israélienne. Un vrai moment de bonheur.

« Mais ce que nous voulions, nous l’avons eu. Nous voulions du Bruel des années Zénith en 1990. Nous voulions le showman. Le mec qui met le feu. Le public qui chante » résume Laurie, Tel-Avivi de 32 ans venue avec ses copines.

bruel3Et plus de 20 ans après ces années fleuves, la seule chose qui a changé dans la salle, c’est la transformation du « briquet » qui illumine le public par celui des smartphones qui enregistrent chaque faits et geste de l’artiste.

Sur scène, Patrick s’éclate et ça se voit. Et dans la fosse, le public aussi. Les chansons sont toutes connues par le public qui les reprend en cœur. Sauf peut-être, il est vrai, celle sur le Printemps Arabe – non pas forcément à cause du thème, mais plus du fait que cette chanson ne soit pas connue.

« Franchement, il n’y a pas grand chose à dire sur ce concert. Sinon qu’on en aimerait plus des comme ça ! » affirme, d’un air amoureux, Sarah. « La semaine dernière, je ne savais pas encore où aller en vacance et j’ai su  qu’il y avait, à une semaine d’intervalle, Bruel et Max Boublil. Alors direction Tel-Aviv. Magnifique Bruel. Boublil va devoir sortir le grand jeu ! »

bruel4

Samantha a elle la quarantaine assumée. « Je l’aime ce type. Il est trop bon. Quel spectacle ! Je n’ai pas de pass pour entrer dans les loges, mais si j’en avais l’occasion, je lui dirait à quel point il a été excellent. C’était un concert « revival » – c’était exactement ce qu’il fallait. P-a-r-f-a-i-t. »

Et les hommes ne sont pas en reste ! Ouri est en permission de l’armée. Toute la semaine, il protégeait les frontière « aux alentours de Gaza » et jeudi soir, « je suis venu me souvenir mes années France, quand la vie était toujours toute rose, quand je chantais du Patrick sous la douche et que je sortais la guitare sur des airs de Bruel pour pécho des meufs. » Et selon lui « pas grand chose n’a changé. Son charme opère toujours. Et sur scène, il a été très bon. Bien meilleur qu’il y a deux ans. »

Patrick Bruel doit rester encore quelques jours en Israël, le temps de faire profiter ses musiciens de quelques jours de vacances au coeur d’un été où ils ont enchaînés les concerts et les festivals.

Hier soir, dans le parc des expositions Bitan 1 de Tel-Aviv, Patrick Bruel a écrit une page de l’histoire du divertissement en Israël…

Par Elinor Cohen-Aouat – JSSNews – Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

5 COMMENTS

  1. mon dieu quel contraste!!!!d’un cottè les lumierres et chant de la vie.et tout a cottè,la mort la dèmolition la haine .que dire,tous ses grand chanteurs,devrai franchir les murs pour voir????et pouquoi pas chanter,pour que la paix vienne enfin.pour se peuple que vous exterminè,pour les soldats,qui donne leurs vie pour que vous puissiez allez au concert((on marche sur la tète))

  2. mon dieu quel contraste!!!!d’un cottè les lumierres et chant de la vie.et tout a cottè,la mort la dèmolition la haine .que dire,tous ses grand chanteurs,devrai franchir les murs pour voir????et pouquoi pas chanter,pour que la paix vienne enfin.pour se peuple que vous exterminè,pour les soldats,qui donne leurs vie pour que vous puissiez allez au concert((on marche sur la tète))non je net pas envoyer se commantaire

  3. Bruel, jamais plus !!! Renegat, faux cul, brebis galeuse
    On se fiche de son concert !!!!
    Quand nos soldats de Tsahal tombent, pas un mot de commisération !!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here