La Knesset a approuvé la première lecture d’un projet de loi qui exige un référendum sur tout futur accord de paix avec les Palestiniens. Le vote: 66 voix pour et 45 contre a fait l’objet de la dernière session d’été du Parlement.

F130729MA064-635x357

Le projet de loi porte sur la totalité d’Israël, le plateau du Golan et Jérusalem-Est, mais ne porte pas sur la Cisjordanie, qui n’a jamais été annexée par Israël. Il coïncide avec la reprise des pourparlers de paix entre Israël et les Palestiniens à Washington.

Le projet de loi renforce une loi antérieure, adoptée en 2010, qui oblige le gouvernement à obtenir une majorité à deux tiers de la Knesset ou l’approbation du public par le biais d’un référendum. Le projet de loi sur le référendum a pour objectif de se transformer en une loi fondamentale semi-constitutionnelle, hors de portée de la Cour suprême.

Il doit encore être examiné par le Comité de la Chambre de la Knesset et fait face à deux autres lectures, qui auront probablement lieu lors de la session d’hiver de la Knesset, avant qu’il puisse être signé.

« Vous êtes un ennemi de la paix », a dit Zahalke à Steinitz. «Nous étions là avant vous et nous serons là après vous. »

Malgré l’heure tardive – il était presque trois heures – Netanyahu, a interprété le « nous » comme désignant les Arabes et le «vous» pour désigner les juifs et a ensuite répliqué, en disant: «J’ai entendu la déclaration de MK Zahalke. La première partie est fausse, et la seconde ne se réalisera pas. »

Zahalke a expliqué qu’il ne voulait pas parler des Juifs, mais « je voulais dire que nous serons toujours là même si le racisme disparaît. »

Le projet de loi est défendu par le ministre de l’économie et du Commerce Naftali Bennett , avec le soutien de Netanyahu, qui a déclaré la semaine dernière qu’ un accord diplomatique qui n’a pas le soutien de la population, ne mérite pas d’être signé. »

Bennett a menacé de retirer le soutien de son parti pour la  proposition de budget 2013-2014 du gouvernement si la loi n’a pas avancé. Le budget a été approuvé par la Knesset cette semaine.

Dans la coalition de Netanyahu, le projet a été éreinté par la ministre de la Justice Tzipi Livni, à la tête des pourparlers de paix avec les Palestiniens,  le député des affaires étrangères Avigdor Liberman, le président de la commission de la Défense  Yisrael Beitenou, qui a qualifié le référendum d’une « manière d’éviter les responsabilités. »

Livni a été l’un des auteurs du projet de loi référendaire de 2010.

Dan Amsellem pour-Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here